3e dose de vaccin : qui sera concerné par la campagne de rappel à la rentrée prochaine ?

3e dose de vaccin : qui sera concerné par la campagne de rappel à la rentrée prochaine ?

VACCINATION - Emmanuel Macron a annoncé lundi lors de son allocution qu'une campagne de rappel pour le vaccin contre le Covid-19 serait lancée en septembre. Cette 3e dose sera proposée aux personnes les plus vulnérables, qui avaient été vaccinées en janvier et février, soit près de 1,7 million de Français.

Alors qu'une partie de la population n'a toujours pas bénéficié de sa première dose de vaccin, une autre partie pourrait avoir prochainement à recevoir... une troisième dose. 

Emmanuel Macron a annoncé, lors de son allocution du lundi 12 juillet, qu'une campagne de rappel serait lancée à la rentrée prochaine, face à l'émergence du variant Delta, particulièrement contagieux, sur le territoire. Cette campagne concernera les personnes les plus vulnérables, qui avaient aussi été les premières à bénéficier du vaccin au début de l'année. 

"Je veux m'adresser à ceux qui, vaccinés les premiers, c’est-à-dire en janvier-février, verront prochainement leur taux d'anticorps baisser, leur immunité diminuer", a indiqué Emmanuel Macron. "Je tiens à les rassurer. Dès la rentrée, une campagne de rappels sera mise en place pour vous permettre de bénéficier d'une nouvelle injection selon le même système et dans les mêmes conditions."

Le chef de l'État a précisé que les rendez-vous pour cette troisième dose pourraient être pris "dès les derniers jours du mois d'août"

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Lire aussi

Les publics les plus vulnérables

Au 1er mars dernier, près de 1,7 million de personnes avaient reçu les deux doses dans le cadre de ce début de campagne, et 3,1 millions de doses avaient été administrées. Les bénéficiaires de la première phase de la campagne de vaccination étaient principalement les résidents des Ehpad, particulièrement touchés par la première vague de l'épidémie, suivis de toutes les personnes âgées de plus de 75 ans, ainsi que des quelques 800.000 personnes souffrant d'une des six pathologies conduisant à un très haut risque de forme grave de la maladie. Cette première phase concernait en outre les soignants de plus de 50 ans et les personnels en contact avec ces publics vulnérables. 

Le 8 juillet, Jean Castex avait déjà esquissé la possibilité d'une troisième dose pour les publics les plus vulnérables, "dont les défenses immunitaires s'affaiblissent".  Dès le mois d'avril, les laboratoires Moderna et Pfizer avait évoqué la possibilité de cette troisième dose. "Si on veut avoir une efficacité maximum sur toutes les formes du Covid, il faut maintenir des anticorps à des titres élevés et c'est dans ce sens-là, pour éviter au maximum la circulation de ces virus, qu'il sera très probablement nécessaire de faire des rappels", avait aussi estimé l'infectiologue Odile Launay. 

L'OMS sceptique

En revanche, l'OMS s'est récemment montrée sceptique sur le recours à une troisième dose, son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus, estimant que ce n'était "pas une priorité", la vaccination offrant "une immunité durable contre le Covid-19 grave et mortel". La priorité, selon lui, est "de vacciner ceux qui n'ont reçu aucune dose et protection", avant de procéder à de tels rappels.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : quelles sont les trois contre-indications à la vaccination ?

"Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne" : le discours cinglant d'un sénateur contre les anti-vaccins

VIDÉO - Belgique : nouvelles inondations massives après un orage diluvien

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 25.000 nouveaux cas en 24h, 22 décès enregistrés

Variant Delta : où se contamine-t-on le plus ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.