Annonces d'Emmanuel Macron : ce qu'on sait déjà, ce que l'on attend

Annonces d'Emmanuel Macron : ce qu'on sait déjà, ce que l'on attend

PERSPECTIVES - Le président doit dévoiler, dans une interview à la presse régionale, les contours d'un déconfinement très progressif à partir du mois de mai. Voici ce que l'on sait déjà, et ce qui pourrait être clarifié à l'occasion de cet entretien.

Huit prises de parole en un an de crise sanitaire, le plus souvent lors d'allocutions depuis l'Élysée... Pour dévoiler les contours du prochain déconfinement du pays, Emmanuel Macron change de méthode et renoue avec les entretiens accordés à la presse quotidienne régionale, un format qu'il a déjà expérimenté plusieurs fois depuis le début de son quinquennat. 

L'interview, qui doit être publiée ce vendredi, doit répondre à l'engagement pris il y a un mois par le président de la République, de revenir devant les Français avant la fin du mois d'avril pour donner des éléments de calendrier concrets pour période allant du mois de mai à l'été 2021. Un sujet complexe, marqué par de très nombreuses réflexions en coulisses, l'exécutif gardant en mémoire le déconfinement du printemps 2020, jugé beaucoup trop rapide avec le recul. L'assouplissement à venir "va se faire très progressivement d’ici à l’été, on ne va pas tout rouvrir d’un coup, ça ne serait pas responsable", a prévenu, lundi sur LCI, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

D'autant que de nombreux secteurs attendent avec fébrilité les perspectives qui seront dévoilées par le chef de l'État, à commencer par les commerçants et les acteurs du monde culturel. 

Toute l'info sur

La France retrouve le confinement

Ce que l'on sait déjà

Avant cet entretien, l'exécutif a déjà dévoilé plusieurs pistes en réflexion pour assouplir les règles sanitaires, dans un contexte où l'épidémie continue de circuler de façon très importante dans certains territoires et où la course à la vaccination, condition sine qua non d'un retour à la normale, se poursuit.

L'idée serait d'organiser un déconfinement en plusieurs étapes. Dans un premier temps, les restrictions de déplacement (dont la fin de la règle des 10 km et de l'interdiction de passer d'une région à l'autre) vont être levées à compter du lundi 3 mai. 

Ensuite, à la mi-mai, la réouverture des terrasses devrait être possible, de même que celle de certains lieux culturels et les commerces "non essentiels" avec des jauges réduites. Des pistes confirmées ce jeudi à LCI par des sources syndicales, qui rencontraient Emmanuel Macron à ce sujet. 

La troisième étape, fin mai, début juin, consisterait à rouvrir les salles des restaurants dans les territoires où l'épidémie circule le moins, selon un principe de "territorialisation" esquissé à plusieurs reprises et réclamé par de nombreux élus locaux. S'ensuivrait, entre le 15 et le 30 juin, la réouverture de certains lieux fermés, comme les salles de sport. "Courant juin", cafés, restaurants et événements culturels pourraient être autorisés à accueillir du public, sous réserve, là encore, de jauges et de mesures barrières, ont précisé des sources syndicales.

En outre, Emmanuel Macron a indiqué, ce mercredi lors d'un entretien avec des maires, que le couvre-feu national à 19h devrait demeurer au moins jusqu'à la mi-mai. Il pourrait être ensuite reculé par paliers, puis abandonné en juin si la situation sanitaire le permet. 

Lire aussi

Ce que l'on attend

De nombreux détails restaient en suspens avant l'entretien d'Emmanuel Macron. Le président de la République pourrait ainsi donner des éléments plus concrets sur l'évolution du fameux couvre-feu après la mi-mai, et sur les dates précises de réouverture des terrasses de restaurants et des lieux culturels retenus dans la première phase. Emmanuel Macron est particulièrement attendu sur les dates exactes de réouverture des commerces "non essentiels", des centres commerciaux ou encore des clubs de sport, ainsi que sur les mesures d'aides prévues pour accompagner les secteurs dans la période. 

À plus long terme, le chef de l'État pourrait esquisser le scénario des vacances d'été, avec la possible ouverture de certains festivals en plein air ou la possibilité de se déplacer à l'étranger, à l'aune du "pass sanitaire" en cours de réflexion au niveau européen. À ce titre, une trentaine de députés, majoritairement issus de la majorité présidentielle, ont pressé jeudi l'exécutif d'accélérer le calendrier de réouverture afin de permettre un retour rapide à la vie normale. 

Selon nos informations, l'exécutif planche précisément sur un retour progressif à la normale au début du mois de juillet, assorti toutefois d'un "frein d'urgence par territoire", qui permettrait aux autorités de rétablir des restrictions en urgence en cas de nouvelle flambée épidémique. 

Des précisions sont également attendues sur le front de la vaccination, alors que de nombreux élus locaux réclament une extension plus rapide aux populations les plus jeunes, afin d'anticiper la possibilité de se déplacer cet été. La première ouverture esquissée sur ce chapitre concerne l'extension de la vaccination aux personnes de moins de 55 ans situation de surpoids. Mais jusqu'ici, l'exécutif a écarté la possibilité de changer son plan de vaccination, d'autant que 7 millions de personnes vulnérables n'ont pas encore été vaccinées. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - La catastrophe se poursuit en Inde, près de 4000 décès et 412.000 contaminations au Covid-19 en 24 heures

Avignon : un policier tué par balles dans le centre-ville, le tireur en fuite

Météo estivale pour quasiment tout le monde ce week-end, des pointes à 32°C attendues !

Les brocantes et vide-greniers sont-ils maintenus ? Le 20H vous répond

Avignon : qui était le policier abattu ?

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.