Couvre-feu, renforcement des aides, télétravail : ce qu'il faut retenir de l'interview du Président

Couvre-feu, renforcement des aides, télétravail : ce qu'il faut retenir de l'interview du Président
Politique

SANTE - Emmanuel Macron a annoncé un nouveau durcissement des restrictions sanitaires en France à partir de vendredi. Un couvre-feu va notamment être mis en place à compter du samedi 17 octobre en Île-de-France et dans huit grandes métropoles.

Lors d'une intervention très attendue, mercredi 14 octobre à 20h, Emmanuel Macron a annoncé en détail les nouvelles mesures restrictives mises en place en France pour enrayer la "deuxième vague" épidémique en France. La "situation est préoccupante", a martelé le chef d'Etat français. Télétravail, couvre-feu, aides exceptionnelles, recommandation des 6 personnes au maximum lors d'un rassemblement : voici tout ce qu'il faut retenir de ces "nouvelles mesures pour reprendre le contrôle".

Couvre-feu en Île-de-France et dans huit autres métropoles

C'était annoncé, c'est confirmé : un couvre-feu va être mis en place en Île-de-France et dans huit autres métropoles (Grenoble, Toulouse, Lyon, Lille, Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne) particulièrement touchées par la remontée épidémique. Toutes les sorties seront donc interdites sur ces territoires entre 21h et 6h. Cette mesure prendra effet dès le samedi 17 octobre, à minuit et durera au moins quatre semaines, le temps que le gouvernement peut imposer en attendant de l'étendre à six semaines après un passage devant le Parlement. "On en a vu l'efficacité en Guyane, a justifié Emmanuel Macron. Notre objectif doit être de réduire les contacts privés qui sont les contacts les plus dangereux. C’est-à-dire les moments de relâchement où l’on va se retrouver avec des gens qui ne sont pas dans notre cellule familiale"

Hormis certaines exceptions (avec attestations) notamment pour motifs professionnels ou d'urgence, tout manquement à ce couvre-feu sera sanctionné d'une amende de 135 euros. Les transports en commun ne devraient néanmoins pas être affectés. L'offre "continuera d'être mobilisée. Il n'y aura pas de restrictions", a assuré un président de la République soucieux de maintenir la vie économique du pays.

Limiter les rassemblements

En plus du couvre-feu, le président de la République a fortement incité les Français à réduire leurs contacts sociaux. Il suggère ainsi de limiter les rassemblements dans la sphère privée à six personnes. Une fameuse règle des six, déjà en place dans certains pays européens, qui va demander de nouveaux sacrifices aux jeunes "qui en font le plus" en ce moment. "On va devoir faire des efforts, se voir moins nombreux en même temps", souligne le chef d'Etat. 

D'un autre côté, il a fortement incité à étendre le port du masque dans la sphère privée, notamment en présence des grands-parents. 

Incitation au télétravail, pas d'obligation

Attendu sur ce terrain, le président de la République a refusé d'instaurer une obligation au télétravail. Il ne souhaite d'ailleurs pas s'orienter vers du télétravail massif. "Quand on a une résidence secondaire tout à fait sympathique et qu'on télétravaille, c'est chouette. Mais quand on a un appartement, que les enfants sont à la maison, qu'on a la promiscuité, ça devient vite très dur", souligne-il. "Et puis on a besoin d'échanger avec des collègues de travail". Il préfère retenir une incitation à une certaine dose de télétravail lorsque les métiers le permettent, "deux à trois jours par semaine".

De nouvelles aides économiques

Sur le plan économique, le président de la République a décliné ses annonces en deux volets distincts. D'une part, il a évoqué des mécanismes de soutien pour les secteurs touchés par la mise en place du couvre-feu (cinémas, théâtres, bars, restaurants, etc). "Le chômage partiel à plein va être réactivé pour l'hôtellerie, tourisme, événementiel, culture et sport", explique Emmanuel Macron. D'autres dispositifs vont également être mis en place pour leur venir en aide prochainement.

Par ailleurs, les plus défavorisés vont recevoir de nouvelles primes exceptionnelles. Ainsi, les bénéficiaires du RSA et des APL toucheront une prime de 150 euros (avec 100 euros de bonus pour chaque enfant dans le foyer). 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face au rebond de l'épidémie

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Améliorer la stratégie "tester, alerter, protéger"

Selon le chef de l'Etat, la question du virus va demeurer brûlante au moins jusqu'à l'été 2021. Il faut donc mieux maîtriser la stratégie "tester, alerter, protéger" pour ne pas avoir à prendre des restrictions aussi radicales jusqu'à la maîtrise définitive de l'épidémie. "Il faut qu'on arrive à beaucoup mieux suivre ce virus". Pour tester, Emmanuel Macron a vanté le déploiement des tests antigéniques qui vont permettre une "réduction drastique des délais". Ils permettent l'obtention des résultats en 15 à 30 minutes.

Pour alerter, le Président a défendu l'application StopCovid qui sera prochainement renommée "Tous anti-Covid". Elle sera présentée le 22 octobre et fournira des informations sur la circulation du virus dans le secteur de l'utilisateur et donnera aussi les points où il est possible de se faire tester.

Enfin, pour la protection, les autorités souhaitent se montrer "très strict sur les 7 jours d'isolement, même quand on n'a pas de symptômes".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 en Ile-de-France : en réanimation, "les chiffres montent très vite, trop vite"

EN DIRECT - Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron s'exprime

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent