Covid-19 : le député nationaliste corse Michel Castellani hospitalisé

Le député corse Michel Castellani durant une session de questions au gouvernement le 5 février 2019.
Politique

ÉPIDÉMIE - Atteint du nouveau coronavirus, le député Michel Castellani a été pris en charge mardi 13 octobre. Cet autonomiste, élu de la 1ère circonscription de Haute-Corse, espère reprendre ses activité "rapidement".

Le député corse (Libertés et Territoires) Michel Castellani a indiqué mardi soir être "hospitalisé" à Bastia "en raison d'une contamination au Covid-19". Dans un tweet, l'élu a souhaité "remercier chaleureusement le personnel de l'hôpital de Bastia pour son professionnalisme et sa disponibilité". "J'appelle chacun(e) à la plus extrême prudence", a-t-il ajouté, alors que le virus circule activement sur l'île, comme l'a rappelé mardi l'Agence régionale de santé. 

Membre du parti autonomiste du président du conseil exécutif de l'île Gilles Simeoni, Femu e Corsica, cet économiste de formation avait rejoint les bancs de l'Assemblée nationale en 2017 après avoir été conseiller municipal de Bastia. Dans son message, Michel Castellani a émis l'espoir, en langue corse, de pouvoir reprendre rapidement ses activités : "Speru ripiglià prestu u filu di è nostre attività".

Cette annonce intervient quelques heures après le retour à l'Assemblée nationale de son collègue du Haut-Rhin, tout juste rescapé du coronavirus. Hospitalisé dès le 5 mars, Jean-Luc Reitzer avait été le premier parlementaire officiellement atteint par le Covid-19 avec des symptômes qui se sont déclarés fin février. Plusieurs autres députés et personnels de l'Assemblée avaient été touchés, faisant de l'hémicycle l'un des premiers clusters officiels de l'hexagone. Admis deux mois et demi à l'hôpital Emile-Muller de Mulhouse, il avait passé quatre semaines dans le coma.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face à l'ampleur de la deuxième vague

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Pour éviter la propagation du Covid-19 parmi les élus, la demi-jauge est devenue obligatoire ce mardi à l'Assemblée nationale, les sanctions prévues pour défaut d'assiduité ayant été suspendues. "Aucun mot, courrier, ni document ne pourra plus circuler dans l'hémicycle par l'intermédiaire des huissiers", a précisé le président de l'Assemblée Richard Ferrand (LREM). Le port du masque, en commission comme en séance, est "obligatoire en permanence, y compris lors des interventions des orateurs", a-t-il souligné, alors que certains jusqu'alors enlevaient leur masque.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Attaque à Nice : le procureur antiterroriste détaille le parcours meurtrier de l'assaillant

Reconfinement : les commerces qui devront fermer, ceux qui vont rester ouverts

EN DIRECT - Reconfinement : déplacements, écoles, commerces... le détail des mesures

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous

Confinement : l'attestation de sortie comportera "une nouvelle case" pour les déplacements scolaires

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent