Pas de reconfinement : "Des demi-mesures" qui feront "perdurer" la crise du Covid, déplore Axel Kahn

Pas de reconfinement : "Des demi-mesures" qui feront "perdurer" la crise du Covid, déplore Axel Kahn

INTERVIEW POLITIQUE - Le généticien et président de la ligue contre le Cancer Axel Kahn était l'invité de l'interview politique de Jean-Michel Aphatie ce lundi matin. Selon lui, "on ne peut pas rester dans cette situation", à savoir un plateau élevé des contaminations.

Invité de l'invité politique ce lundi matin sur LCI, le généticien et président de la Ligue nationale contre le cancer Axel Kahn est revenu sur la décision prise par l’exécutif vendredi de ne pas reconfiner le territoire français face à la progression de l’épidémie du Covid-19. S’il concède que cette décision doit être du ressort politique et non sanitaire, le scientifique s’est montré, sans le dire, favorable à un reconfinement.

"Le reconfinement est une décision politique, je ne m'en mêle pas. […] Cependant, d’un point de vue sanitaire, nous avons près de 3.500 morts par semaine, les clusters se multiplient dans les hôpitaux, c'est un problème. Globalement, j'aurais préféré avoir un pic, qu'il redescende, plutôt que d'avoir un plateau élevé. Si on fait des demi-mesures, on va laisser perdurer cette situation, qui est la pire de toutes", indique-t-il. "La guerre d'usure est la pire de toutes, et c'est celle à laquelle nous assistons. On ne peut pas rester dans cette situation", a ajouté le généticien sur LCI.

Toute l'info sur

L'interview Politique

Axel Kahn s’est également inquiété de la situation des malades "hors-Covid". "La situation pour les personnes malades d’autres maladies que la Covid est de nouveau très inquiétante. Elle l’est par la conjonction de deux phénomènes. Premièrement, la tension des hôpitaux, les reports des opérations avec la mise en place du plan blanc, mais surtout par la perte de confiance en l’hôpital." 

"Les personnes redoutent d’attraper la Covid à l’hôpital, c’est un problème majeur. Au plus fort du pic, on faisait des secteurs Covid et non-Covid à l’hôpital, ce n’est plus vraiment le cas. Le résultat est que le risque de contamination à la Covid à l’hôpital n’est pas nul", déplore le président de la ligue contre le Cancer au micro de Jean-Michel Aphatie.

Lire aussi

La situation pour les malades "hors-Covid" est de nouveau très inquiétante.- Axel Kahn, généticien et président de la ligue contre le Cancer.

Ce dernier a également évoqué la thématique du vaccin, et notamment la lenteur de son déploiement en France. Pour lui, "toute l'Europe manque de ressources en termes de vaccins". "Pour vacciner les 6 millions de personnes prioritaires, il faut plus de 24 semaines, c'est une longue attente", a-t-il regretté, avant de saluer l’apparition des vaccins ARN, qu’il qualifie de "prodigieux".

"Ils sont supérieurs aux autres, ce sont les plus efficaces, il y a déjà une assez bonne protection après la première injection, elle est durable. L'ARN est le seul permettant de s'adapter aussi facilement à l'apparition de nouvelles souches. [] J'ai demandé à ce que l'ONU via l'OMS coordonne la distribution des vaccins ARN", a également indiqué Axel Kahn ce lundi matin.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Jean Castex veut "mettre le paquet sur la vaccination" en mars et avril

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Lire et commenter