Malgré la menace des variants, l'exécutif n'envisagerait pas de nouvelles mesures pour le moment

Malgré la menace des variants, l'exécutif n'envisagerait pas de nouvelles mesures pour le moment

CRISE SANITAIRE - Le Conseil de défense de ce mercredi 17 février ne devrait pas donner lieu à de nouvelles restrictions pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Le gouvernement n'envisage pas de faire de nouvelles annonces d'ici la fin des vacances scolaires.

"Cette semaine, rien ne devrait bouger", indique un ministre. "Il n'y a pas d’annonces à attendre sur de nouvelles mesures de freinage", abonde un membre de l'exécutif auprès de LCI. "A priori oui, les chiffres donnent du temps" au président de la République, confirme un cadre de la majorité. Alors qu'un nouveau Conseil de défense sanitaire a eu lieu ce mercredi 17 février, le gouvernement devrait entériner le statu quo et le couvre-feu à 18 heures sur l'ensemble du territoire métropolitain. 

La volonté du gouvernement est même de rester dans cet entre-deux "entre le maintien du couvre-feu à 18 heures et d’éventuelles annonces" ces deux prochaines semaines, jusqu'à la fin des vacances scolaires prévue le lundi 8 mars pour la zone B.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie

"Il ne faut pas prendre de mesures exceptionnelles car on voit bien aujourd'hui que le plateau est maîtrisé, que notre capacité hospitalière répond présent, que le nombre de personnes en réanimation a baissé, de peu", a affirmé le président du groupe LaREM à l'Assemblée nationale Christophe Castaner ce mercredi 17 février sur France 2. Toutefois, "il nous faut rester extrêmement vigilants, attentifs", a-t-il ajouté. Et "personne ne peut prédire ni le pire, ni le meilleur". Un message de vigilance et de responsabilisation répété par le porte-parole du gouvernement à l'issue du Conseil de défense et du Conseil des ministres. "La situation reste préoccupante. Plus que jamais le respect des règles sanitaires, du couvre-feu et des gestes barrières sont un impératif majeur. (…) Nous devons tenir ensemble, nous pourrions payer très cher une forme de relâchement", a déclaré Gabriel Attal.

Lire aussi

Tout le territoire logé à la même enseigne

Cette volonté de ne pas durcir les mesures et de ne pas reconfiner le pays s'applique également dans les territoires les plus en difficulté comme la Moselle, où des élus appellent à un confinement local. "Si nous avions confiné, cela aurait été du préventif, donc un changement de doctrine. En France, on ne fait pas de confinement préventif", rappelle un conseiller de l'exécutif auprès du Monde"Nous voulons éviter le côté jurisprudence et se retrouver tous les jours à expliquer pourquoi on confine tel département et pas l’autre", explique également à LCI une source gouvernementale. Selon elle, "un bon traçing est plus efficace qu’un département sous cloche"

Toutefois, une autre source avoue à LCI que "oui, en théorie, il peut y avoir des mesures territoriales, mais proportionnelles". C'est le cas actuellement en Outre-mer.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 250.000 doses de vaccin injectées en 24 heures, l'accélération se confirme

Covid-19 : le Pas-de-Calais confiné pour 4 week-ends, mesures renforcées dans 22 autres départements

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Violences urbaines à Lyon : deux mineurs et un majeur poursuivis, une enquête confiée à l'IGPN

Meghan et Harry chez Oprah : l'interview qui a fait basculer la famille royale dans un mauvais soap

Lire et commenter