Des maires du Grand-Est appellent le gouvernement à réinstaurer un confinement au lendemain de Noël

Des maires du Grand-Est appellent le gouvernement à réinstaurer un confinement au lendemain de Noël

LA FÊTE EST FINIE - Alors que la situation épidémique est critique dans le Grand-Est, les maires de Reims et de Nancy appellent le gouvernement à instaurer un nouveau confinement, territorial ou national, dès le lendemain de Noël.

La situation épidémique dans le Grand-Est est inquiétante. Sur la période allant du 12 au 18 décembre, la région accusait un taux d'incidence de 223 (contre 139 pour la moyenne du pays) et un taux de positivité de 6,7% (4,7% pour le reste du territoire). Alors des élus locaux appellent le gouvernement à réagir au plus vite, et à prendre des mesures contraignantes dès le lendemain de Noël.

Toute l'info sur

Les défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

"Au vu de la situation que l’on observe dans le Grand-Est, je propose de reconfiner soit de façon territoriale, comme cela a été fait à une certaine époque, ou au niveau national", a ainsi plaidé le maire LR de Reim Arnaud Robinet ce mardi 22 décembre sur franceinfo. "Profitons de cette période de vacances scolaires juste après Noël et jusqu’à la rentrée pour reconfiner et permettre un retour à la vie presque normale à la rentrée", a-t-il continué. "Laissons les Français faire Noël en famille et ensuite un reconfinement à partir du 25 ou du 26 jusqu’à la rentrée, c’est-à-dire jusqu’au 3 ou 4 janvier. Dans un premier temps."

"Des décisions rapides et difficiles sont à prendre"

Un peu plus tard dans la journée, le maire socialiste de Nancy l'a rejoint, appelant à un reconfinement dès le 28 décembre. "Face à la progression de cette nouvelle vague, des décisions rapides et difficiles sont à prendre afin d’éviter une circulation incontrôlée du virus", indique Mathieu Klein dans un communiqué. Alors qu'il explique que la situation sanitaire dans le Grand-Est est similaire à celle observée mi-octobre et que les hôpitaux de sa métropole sont débordés, il écrit que "si le Gouvernement envisage un nouveau confinement, celui-ci doit être annoncé le plus rapidement possible, pour entrer en vigueur à compter du 28 décembre". "Pour permettre à notre système de soins de faire face, il ne peut y avoir de statu quo face à la circulation galopante actuelle", estime-t-il.

Lire aussi

L'idée d'un reconfinement dès le lendemain de Noël est également plaidée par des médecins. Ce mardi sur LCI, le chef du service de réanimation de l'hôpital Poincaré Djillali Annane a estimé que "la situation telle qu’elle est aujourd’hui incite à un reconfinement strict dès le 26 décembre", pour une durée de trois semaines à un mois. "Soit on reste dans la situation dans laquelle on est et on accepte durablement qu’on reste avec des mesures contraignantes et une épidémie moyennement contrôlée. Ou on prend maintenant une décision dure mais pour une durée très courte", a-t-il argumenté. 

Lundi à l'issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement a assuré que le gouvernement n'envisageait pas "à ce stade" l'instauration de nouvelles mesures restrictives. 

Sur le même sujet

Lire et commenter