Marseille "est entre les mains d’un fou", estime Raphaël Enthoven à propos du Pr Raoult

Marseille "est entre les mains d’un fou", estime Raphaël Enthoven à propos du Pr Raoult

ATTAQUES - Pour le philosophe et essayiste Raphaël Enthoven, invité ce vendredi d'Elizabeth Martichoux, Marseille est le théâtre d'une situation fascinante. Les habitants et leurs élus seraient sous l'emprise de Didier Raoult un "druide" et un fou, selon lui.

Un vent d'animosité souffle à Marseille. Depuis mardi, les habitants de la ville ainsi que leurs élus sont abasourdis, en colère contre les mesures restrictives annoncées par Olivier Véran pour la cité phocéenne. Les bars et les restaurants resteront fermés à compter de samedi. Lors d'une conférence de presse virulente donnée jeudi, l'adjoint au maire de Marseille, Benoît Payan, il s'agit d'un "affront" de la part du gouvernement, considérant que la situation sanitaire de la ville ne mérite pas un tel traitement. Le président de la région PACA Renaud Muselier, lui, dénonce une "punition collective". Invité ce vendredi d'Elizabeth Martichoux, le philosophe et essayiste Raphaël Enthoven observe d'un œil mi-amusé, mi-inquiet les événements sur place, critiquant vivement le professeur Didier Raoult.

Toute l'info sur

La France face à une 3e vague d'ampleur

Lire aussi

La "faiblesse de croire" des Marseillais

"La ville entière est entre les mains d’un fou depuis des mois, qui raconte n’importe quoi, qui survend une molécule qui ne fonctionne pas…", dit-il en évoquant le professeur Didier Raoult. "J’ai le sentiment de voir une métropole mise sous hypnose par un druide qui leur dit n’importe quoi et qui est confrontée aujourd’hui à la réalité d’une pandémie qui augmente. Tout ça parce que les gens ne font pas attention, parce qu’ils se croient magiquement protégés." Pour Raphaël Enthoven, le microbiologiste n'est autre qu'un charlatan ayant ensorcelé la ville de Marseille.

Il y a quelque chose de l’ordre du savant fou dans la représentation collective.- Raphaël Enthoven, philosophe et essayiste

Dans son romain intitulé "Le temps gagné vient de sortir", paru cet été, il va même jusqu'à le surnommer "Panoramix". "Ce n’est pas du délit de faciès, au contraire c’est plutôt un délit de bonne gueule pour le coup", tient-il à préciser. "Il y a quelque chose de l’ordre du savant fou dans la représentation collective [...] Et puis le druide c’est l'antiscience, c’est celui qui brandit ses formules magiques, qui brandit ses diplômes, qui brandit une autorité absolue et ensuite, vous ne pouvez pas comprendre ce qu’il raconte", poursuit l'essayiste qui dit se passionner par la "faiblesse de croire" dont font preuve les Marseillais.

La "démagogie" des élus

Quant aux élus marseillais, Raphaël Enthoven n'est pas plus tendre avec eux. "Je pense que les élus marseillais font de la démagogie", assène-t-il.

"Aujourd’hui un élu sait qu’il ne peut pas être populaire s’il ne s’indigne pas contre de telles mesures. Et ce qu’ils savent eux-mêmes n’a aucune prise sur les discours qu’ils donnent ou les mesures qu’ils prennent." 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Manifs contre le pass sanitaire : débordements sur les Champs-Elysées, 9 interpellations

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Variant Delta : avec deux doses, les vaccins Pfizer et AstraZeneca presque aussi efficaces que contre l’Alpha

Variant Delta : où se contamine-t-on le plus ?

La maladie de Charcot, le dernier combat de Jean-Yves Lafesse

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.