Covid-19 : "La vaccination réelle ne commencera que vers le 20 janvier, c'est trop tard", déplore Hervé Morin

Covid-19 : "La vaccination réelle ne commencera que vers le 20 janvier, c'est trop tard", déplore Hervé Morin

INTERVIEW - Invité politique mercredi 30 décembre 2020, Hervé Morin, président Les Centristes de la région Normandie, est longuement revenu sur les vaccinations en France et déplore la lenteur de la campagne débutée dimanche dernier.

À l’issue d’un Conseil de défense ce mardi, le gouvernement s’est entendu sur de nouvelles restrictions, qui pourraient être mises en place le 2 janvier dans une vingtaine de départements dont le couvre-feu avancé de deux heures pour vingt départements de l'Est du pays. "Le couvre-feu, je l'entends mais on voit bien que le gouvernement s'est donné quelques jours pour décider après les fêtes du 31 décembre", assure Hervé Morin, président Les Centristes de la région Normandie, ce mercredi 30 décembre 2020 sur LCI

Toute l'info sur

L'interview Politique

"C'est le sentiment que ça donne", dit-il, revenant sur l'horaire du couvre-feu à 18h00. "On va avoir un système d'une complexité et d'une bureaucratie incroyables car il va falloir des dérogations en tout", constate-t-il. "Qui est concerné par ce couvre-feu à 18h ?", demande-t-il, s'interrogeant par ailleurs pourquoi ne pas avoir fait le modèle de la Mayenne, soit "des confinements très localisés dans des endroits où le virus n'est plus sous contrôle". Une mesure qui n'a plus de sens, selon lui. 

Lire aussi

J'appelle à ce que la vaccination aille le plus vite possible- Hervé Morin

Mardi soir, Olivier Véran a assumé et même revendiqué au 20h de France 2 la lenteur du début de la campagne de vaccination en France. Or, selon Hervé Morin, "on a intérêt à vacciner le plus possible et le plus rapidement possible" dit-il. "L'urgence est de faire en sorte que le pays puisse retrouver un mode de vie classique, le plus normal possible, donc aller vers l'immunité collective", dit-il. "On est à 70 vaccinations quand les Allemands sont à plusieurs dizaines de milliers de vaccinations (...) Je constate qu'on va être d'abord dans une phase pilote pendant plus d'une quinzaine de jours. Ce qui veut dire que la vaccination réelle ne commencera que vers le 20 janvier : c'est 3 semaines de perdues", déplore-t-il. 

Le président Les Centristes de la région Normandie demande par ailleurs que les figures de la responsabilité "donnent l'exemple". "Je trouverais extrêmement sain que le président de la République, le Premier ministre et le ministre de la Santé soient les premiers vaccinés (...) Ce serait un beau message de confiance", assure-t-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Cluster en Haute-Savoie : que faisait le groupe d'étudiants britanniques dans cette station de ski ?

"Même les enfants meurent maintenant" : le variant sud-africain du Covid incontrôlable dans le pays

EN DIRECT - Covid-19 : le vaccin Moderna efficace contre les variants anglais et sud-africain

Maintien des écoles ouvertes, vacances scolaires... Les réponses de Jean-Michel Blanquer ce soir sur LCI

Retraite en Tunisie : La vie de château

Lire et commenter