"Les Français peuvent partir en vacances" en février mais "doivent rester prudents", prévient Jean-Baptiste Lemoyne

"Les Français peuvent partir en vacances" en février mais "doivent rester prudents", prévient Jean-Baptiste Lemoyne

INTERVIEW - Le secrétaire d’État au Tourisme a déclaré ce mardi sur LCI que les Français pouvaient partir en vacances en février. Des changements pourraient toutefois intervenir en fonction de l'évolution de la situation épidémique dans l'Hexagone.

Les Français peuvent partir en vacances "pour l’instant". Interrogé par LCI ce mardi, Jean-Baptiste Lemoyne a affirmé que les départs en vacances restaient possibles en février malgré l'épée de Damoclès d'une possible dégradation de la situation sanitaire. "Il est possible de changer d’air, de changer de rythme" mais il faut "rester prudent", souligne-t-il. Si aucune restriction n'a pour l'instant été prise pour les déplacements interrégionaux, les habitants de l'Hexagone ne pourront pas se rendre dans les territoires ultra-marins. "Pour les loisirs, on ne peut plus voyager hors de l’Hexagone", note-t-il encore, se réjouissant qu'il soit possible de "faire un tour du monde en faisant le tour de France". 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Seulement 10% de Français devraient partir en vacances

Le secrétaire d’État au Tourisme a toutefois rappelé que l'incertitude reste de mise : "Aujourd'hui, les Français peuvent se préparer à partir mais nous allons continuer d'avoir l’œil rivé sur les données sanitaires". Sous-entendu, les départs en vacances pourraient finalement être restreints si la situation épidémique venait à se dégrader en France dans les prochains jours. Une incertitude contrebalancée par les "conditions commerciales mises en place par les professionnels du tourisme" qui permettent de "se projeter sans prendre trop de risques". Quoiqu'il en soit, "tout le monde ne part pas en vacances en février, 20% des Français le font en temps habituel. Les réservations ont chuté de 50% cette année donc seuls 10% d'entre eux devraient s'offrir une telle échappée", rappelle le secrétaire d'État, tout en soulignant que "ce qui est important, c’est de casser le rythme". 

Parallèlement, Jean-Baptiste Lemoyne s'est exprimé sur la situation des professionnels de la montagne. "Le choc économique est là, massif et puissant", martèle-t-il tout en annonçant la mise en place d'"une batterie de mesures" pour permettre au monde la montagne de survivre. "Un plan montagne" va notamment voir le jour, en collaboration avec tous les acteurs concernés, pour organiser la sortie de crise mais aussi envisager l'après. "Il faudra rebondir le moment venu pour remonter sur la plus haute marche du podium", conclut-il notamment alors que la montagne française souffre depuis plusieurs années de la concurrence de pays voisins (Allemagne, Autriche) et des États-Unis.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

REVIVEZ - La famille royale et le Royaume-Uni ont rendu un dernier hommage au prince Philip

EN DIRECT - Covid-19 : 30.329 personnes hospitalisées dont 5.877 en réa, des chiffres en légère baisse

Déconfinement : les pistes du gouvernement

Lire et commenter