Hôpitaux, prime à la casse, StopCovid, lycées, vacances... Les dossiers chauds de la semaine pour l'exécutif

Emmanuel Macron, le 18 mai 2020.
Politique

RELANCE - Emmanuel Macron et Edouard Philippe seront sur tous les fronts cette semaine pour tenter de répondre à la crise ouverte par l'épidémie de coronavirus. Le gouvernement est attendu notamment pour son "Ségur" de la santé, mais également pour son plan en direction du secteur automobile en crise.

Deux semaines après le début du déconfinement, l'exécutif en lance cette semaine l'acte 2, avec la présentation très attendue d'une série de mesures destinées à sortir le pays d'une crise profonde dans laquelle il a été entraîné en mars 2020. 

Alors que son Premier ministre a été précipité au devant de la scène politique dans la gestion quotidienne de la crise sanitaire, Emmanuel Macron va se retrouver à nouveau aux premières loges au côté d'Edouard Philippe, attendu notamment sur le dossier crucial de la relance économique. Voici les grands chapitres d'une semaine cruciale pour l'exécutif. 

Le "Ségur" de la santé s'ouvre lundi

Emmanuel Macron s'y était engagé vendredi 15 mai : l'exécutif ouvre lundi son "Ségur de la santé", formule retenue pour désigner le nouveau plan du gouvernement pour le système de santé, bouleversé par l'épidémie de coronavirus. Près de 300 personnes ont été conviées à 15h30 à une visioconférence ouverte par Edouard Philippe, et animée par le ministre de la Santé Olivier Véran. Ce dernier engagera la concertation auprès des syndicats et des collectifs hospitaliers, avec pour objectif de présenter dès cet été un nouveau plan pour l'hôpital. 

Ces échanges, qui devraient durer sept semaines, porteront sur la revalorisation attendue des rémunérations, mais également sur les questions de réorganisation du système de soins.  A ce sujet, Olivier Véran a d'ores et déjà promis des mesures "radicales" qui pourraient bouleverser les habitudes actuelles. 

Lire aussi

Emmanuel Macron au chevet du secteur automobile

Alors que le constructeur Renault, en grande difficulté, doit annoncer un vaste plan d'économies vendredi prochain, Emmanuel Macron va présenter mardi le plan de soutien de l'Etat en direction de la filière automobile. "D'importantes annonces" seront faites par le chef de l'Etat à cette occasion, a indiqué une source proche de l'exécutif. Des mesures devraient notamment être prises pour alléger les charges des constructeurs, mais également pour relancer la consommation des ménages après deux mois d'arrêt total des ventes, avec une extension des primes de conversion. 

"C'est le président qui portera le plan de filière à son niveau", a indiqué l'entourage du chef de l'Etat, soulignant qu'il existe un "enjeu industriel, un enjeu d'emplois et de transformation de la filière vers la transition et la conversion vers les véhicules propres". Le secteur pèse en France 400.000 emplois industriels directs et 900.000 avec les services.

Lire aussi

L'application StopCovid au Parlement

L'application controversée StopCovid sera également au menu cette semaine, avec une déclaration de l'exécutif suivie de débats et de votes le mercredi 27 mai à l'Assemblée nationale et au Sénat, en application de l'article 50-1 de la Constitution.

Alors que les autorités sanitaires ont lancé depuis le déconfinement la stratégie de traçage des personnes contaminées, dans le but de contenir un éventuel rebond de l'épidémie, l'objectif de cette application mobile est de permettre à chaque utilisateur qui apprend sa contamination, sur la base du volontariat, de prévenir tous les autres utilisateurs qu'il a croisés dans les deux semaines précédentes, pour que ceux-ci puissent prendre leurs précautions. Les questions autour de cette application portent sur le respect de la vie privée, comme l'avait pointé un avis rendu par la Cnil. 

Lire aussi

Semaine décisive pour les lycées, cafés et restaurants

C'est également cette semaine que le gouvernement devrait préciser les conditions de réouverture des lycées dans les zones vertes à partir du 2 juin, après celle des collèges, sur la base du volontariat, la semaine dernière. 

Plus attendue encore, la possible réouverture des cafés et des restaurants situés dans les départements "verts" à partir du 2 juin, qui sera également décidée cette semaine.

Lire aussi

Des vacances, mais où ?

Le gouvernement est également attendu au sujet des prochaines vacances d'été. La ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a confirmé qu'il donnerait cette semaine des précisions sur la phase suivante du déconfinement et sur l'organisation des vacances d'été, alors que de nombreuses restrictions restent en place jusqu'au 2 juin. "Dès maintenant, on peut réserver ses vacances pour le mois de juillet, pour le mois d'août", a-t-elle indiqué. "Pour le mois de juin, on précisera des choses dans le courant de la semaine", a indiqué Elisabeth Borne. 

Mais pour l'heure, la seule certitude est qu'il sera possible de se déplacer sur le territoire français. La possibilité de voyager en Europe, écartée à ce jour, devra être tranchée courant juin. 

Lire aussi

Le plan de relance européen en débat

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

"On s’attend à un raz- de-marée" : comment Pôle emploi peut faire face à la vague de chômeurs ?

Mercredi, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, présentera le plan de relance européen, portant sur près de 1000 milliards d'euros. 

Un plan soutenu activement par Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel, mais contesté par plusieurs Etats membres, Pays-Bas, Autriche, Suède et Danemark, qui s'opposent au principe de transferts budgétaires vers les pays les plus touchés par la crise du coronavirus.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent