Déplacements, fermeture des écoles, vaccination : que retenir de l'allocution d'Emmanuel Macron ?

Déplacements, fermeture des écoles, vaccination : que retenir de l'allocution d'Emmanuel Macron ?

COVID-19 - Fermeture des écoles à partir de la semaine prochaine, déplacements limités dans toute la France métropolitaine, ouverture de nouvelles places en réanimation : voici ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron.

Le temps des mesures était donc venu. "Nous avons tout fait pour prendre ces décisions le plus tard possible, et au moment où elles devenaient strictement nécessaires", a commencé Emmanuel Macron depuis l'Élysée, dans sa huitième allocution depuis le début de la crise sanitaire il y a plus d'un an. Reconnaissant avoir "commis des erreurs" dans la gestion de la crise sanitaire, le président de la République a annoncé aux Français l'entrée dans ce qui ressemble fort à un troisième confinement qui entrera en vigueur ce samedi soir et pour une durée de quatre semaines. "J’appelle à la mobilisation de chacun pour ce mois d’avril où se joue beaucoup", a-t-il déclaré avant de détailler ses mesures.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie

Tout d'abord, les mesures de freinage déjà en vigueur dans 19 départements sont étendues à l'ensemble du territoire métropolitain à partir du samedi 3 avril au soir, et pour quatre semaines. "Si nous faisons ce choix de toucher tout le territoire métropolitain, c’est parce que plus aucune région métropolitaine n’est épargnée. [...] Partout, le virus circule vite", a justifié Emmanuel Macron.

Cela signifie que "le couvre-feu à 19h sera maintenu partout" et qu'une attestation sera obligatoire pour les déplacements de plus de 10 kilomètres. Dans ce rayon-là, seul un justificatif de domicile sera nécessaire en cas de contrôle. Cela signifie également que les commerces jugés non essentiels "seront fermés selon la liste déjà définie", a indiqué le président de la République, qui a annoncé que l'ensemble des dispositifs d'aide aux entreprises actuellement en vigueur seront prolongés.

"Nos concitoyens qui veulent changer de département pour se confiner pourront le faire pendant ce week-end de Pâques", a précisé Emmanuel Macron. "Les Françaises et les Français de l'étranger qui veulent rentrer en France pourront aussi le faire à tout moment." Ensuite, "les contrôles et les sanctions seront renforcés sur la voie publique pour limiter les rassemblements et encadrer la consommation d’alcool", a assuré le chef de l'État, qui a dit pouvoir compter sur "la responsabilité" des Français.

Etablissements scolaires fermés pour 3 semaines

Autre mesure importante et aux conséquences fortes sur les parents : les crèches, écoles élémentaires, collèges et lycées seront fermés à partir du vendredi 2 avril, et pour une durée de trois semaines. Les vacances scolaires de printemps - qui devaient débuter le samedi 10 avril pour la zone A et se terminer le lundi 10 mai pour la zone B - seront unifiées sur tout le territoire français à partir du lundi 12 avril. 

"La semaine prochaine, les cours pour les écoles, les collèges, les lycées se feront à la maison.[...] Les deux semaines suivantes, la France entière sera placée en vacances de printemps", a expliqué Emmanuel Macron. "La rentrée aura lieu pour tous les 26 avril", en physique pour les écoles et en distanciel pour collèges et lycées. "Le 3 mai, les collégiens et lycéens pourront retrouver physiquement leurs établissements, avec des jauges adaptées." Les étudiants qui le souhaitent pourront continuer pendant le mois qui vient à se rendre à l'université "pour une journée de cours par semaine".

Pour le chef de l'État, qui s'est félicité d'avoir réussi à maintenir ouverts les établissements scolaires depuis septembre 2020, cette solution est "la plus adaptée pour freiner le virus, tout en préservant l'éducation et l'avenir de nos enfants". Les parents qui devront garder leurs enfants et qui ne pourraient pas télétravailler pourront bénéficier du chômage partiel.

Le président Emmanuel Macron a également annoncé des "renforts supplémentaires" en réanimation pour faire face à l'afflux de malades graves du Covid-19 et passer "dans les prochains jours" à plus de 10.000 lits, contre 7.665 actuellement. "Je veux ici remercier les étudiants en médecine, les retraités, le service de santé des armées, tous les volontaires de la réserve sanitaire. Tous sont mobilisés, seront mobilisés de manière accrue pour porter dans les prochains jours, notre capacité à un peu plus de 10.000 lits", a-t-il déclaré, évoquant l'ouverture de nouvelles capacités d'accueil dans certains hôpitaux parisiens, pour éviter notamment de "trop déprogrammer" des opérations chirurgicales.

Enseignants et forces de l'ordre pourront être prioritaires pour la vaccination

Le chef de l'État a également fait un point et quelques annonces concernant la campagne de vaccination. "À partir du 16 avril, les premiers rendez-vous seront ouverts pour les personnes qui ont entre 60 et 70 ans", puis "à partir du 15 mai [...] pour nos concitoyens qui ont entre 50 et 60 ans", a-t-il annoncé. Suivront, "à partir de la mi-juin [...] l'ensemble des Français de moins de 50 ans", a-t-il poursuivi, ajoutant qu'une "stratégie spécifique sera par ailleurs prévue pour toutes les professions les plus exposées, en particulier nos enseignants, mais aussi nos forces de l'ordre et plusieurs autres".

"Nous tiendrons l'objectif que je nous ai fixé", a-t-il insisté, "à savoir que d'ici à la fin de l'été, tous les Français de plus de 18 ans qui le souhaitent pourront être vaccinés".

Lire aussi

Enfin, le chef de l'État a terminé sur une note d'espoir en annonçant la réouverture à partir de mi-mai de certains lieux de culture et terrasses de bars et restaurants, une réouverture que permettra la "tenaille" conjuguant l'impact de la vaccination et "les efforts d'avril". "Dès la mi-mai, nous recommencerons à ouvrir avec des règles strictes, certains lieux de culture, nous autoriserons sous conditions l'ouverture de terrasses et nous allons bâtir entre la mi-mai et le début de l'été, un calendrier de réouverture progressive pour la culture, le sport, les loisirs, l'événementiel et nos cafés et restaurants", a-t-il précisé. "Je reviendrai vers vous prochainement pour préciser un agenda de réouverture, et pour que chacun puisse aussi se projeter avec plus de visibilité dans les mois qui viennent", a-t-il ajouté.

Découvrez la version podcast de l'Interview Politique de Jean-Michel Aphatie

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée :

Sur APPLE PODCACST

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Chaque matin Jean-Michel Aphatie reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité.

Sur le même sujet

Lire et commenter