Pic épidémique, vaccination, lits de réanimation : qu'a dit Olivier Véran au 13H ?

Pic épidémique, vaccination, lits de réanimation : qu'a dit Olivier Véran au 13H ?

CRISE SANITAIRE - Le ministre de la Santé était l'invité ce lundi du 13H de TF1. Il a jugé "possible que l'on s'approche du pic de la première vague" dans les hôpitaux et assuré que 12 millions de doses de vaccins seraient livrées à la France en avril.

Une épidémie qui se poursuit, mais des signes d'espoir. Invité du journal de 13H de TF1 lundi 5 avril, le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a rappelé que "la situation épidémique reste tendue dans le pays", avec 40.000 tests positifs enregistrés chaque jour en moyenne. "Dans l'est de la France, la tension épidémique et sanitaire sont très élevées, mais la dynamique y est désormais plus faible, puisque les mesures ont été appliquées plus tôt", assure le ministre. "En revanche, dans l'ouest, le niveau de tension est plus faible, mais la dynamique épidémique est plus forte."

Toute l'info sur

La France face à une 3ème vague d'ampleur

Alors que les écoles sont désormais fermées et que la tolérance pour les déplacements à plus de 10 kilomètres de son domicile n'est plus de mise, le ministre de la Santé espère que le pic des contaminations sera prochainement atteint. "Si nous devions atteindre le pic cette semaine - je le souhaite, je n'en ai pas encore la démonstration, mais cela commence à frémir par endroits -, deux à trois semaines plus tard, nous aurions alors le pic en réanimation", assure-t-il. Mais d'ici là, "le nombre de patients va continuer d'augmenter. Il est possible que l'on s'approche du pic de la première vague" en réanimation, soit plus de 7000 patients en soins critiques.

"Nous sommes à 8000 lits de réanimation"

En ce sens, Olivier Véran a assuré que le personnel de santé n'aura pas à trier les patients à l'entrée des services de soins critiques. "Les soignants sont admirables de résilience, de courage et de force depuis plus d'un an", a salué le ministre. "Quatre leviers sont activés pour les aider. D'abord, les heures supplémentaires peuvent leur être proposées. Ensuite, nous mobilisons le secteur privé, davantage qu'au cours de la première vague. Nous faisons aussi appel à la réserve sanitaire. Et le quatrième levier, c'est la déprogrammation des soins qui peuvent être reportés", quand bien même cette déprogrammation n'est pas toujours sans conséquence.

Lire aussi

L'ancien député de l'Isère confirme également que le nombre de lits de réanimation poursuit sa hausse. "Nous sommes aujourd'hui à 8000 lits de réanimation armés", indique Olivier Véran, alors que le président de la République Emmanuel Macron a annoncé vouloir "porter nos capacités à un peu plus de 10.000 lits". "Nous continuons de monter progressivement à mesure que la demande augmente. Il n'est pas utile de passer du jour au lendemain à 10.000 lits, les conséquences seraient trop lourdes sur les autres malades", tempère le ministre. "Nous faisons en sorte que tous les malades qui ont besoin de soins pour des formes graves bénéficient de ces soins dans de bonnes conditions."

10 millions de vaccinés mi-avril ? "Nous allons anticiper cet objectif de quelques jours"

Pour diminuer la pression épidémique, et donc in fine la pression hospitalière, la vaccination reste toujours l'arme principale pour le gouvernement. "Cette semaine, nous avons vacciné près de deux millions de Français", se réjouit Olivier Véran. "Nous n'avons aucun problème de logistique, nous avons un enjeu de livraisons. Nous avons fait le choix de vacciner en flux tendu. Chacun des 1700 centres a de la visibilité sur quatre à six semaines pour prévoir et programmer les rendez-vous."

À ce jour, près de 9,3 millions de Français ont reçu au moins une dose de vaccin. "Nous avions un objectif de 10 millions de primo-vaccinés au 15 avril", rappelle le ministre de la Santé. "Non seulement nous allons réaliser cet objectif, mais nous allons même l'anticiper de quelques jours", assure Olivier Véran, pour qui la vaccination des plus de 70 ans n'ayant pas réussi à obtenir un rendez-vous reste "la priorité". Les enseignants, notamment ceux travaillant au contact des enfants atteints de handicap, se verront de leur côté proposer la vaccination "d'ici la fin du mois d'avril", mois au cours duquel la France va recevoir "12 millions de vaccins".

Enfin, Olivier Véran a une nouvelle fois renouvelé sa confiance envers le vaccin AstraZeneca, victime de sa mauvaise réputation. "Il est très efficace et les autorités scientifiques nous disent qu’il est sûr, notamment chez les personnes âgées de 55 ans et plus", déclare le ministre sur le plateau de Marie-Sophie Lacarrau. "Cette semaine, 500.000 Français ont été vaccinés avec AstraZeneca. La meilleure preuve de confiance, ce sont les dizaines de milliers de médecins, pharmaciens et infirmiers qui ont commandé des vaccins AstraZeneca qui peuvent la donner."

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique de Jean-Michel Aphatie

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée :

Sur APPLE PODCACST

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Chaque matin Jean-Michel Aphatie reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

Déconfinement : les pistes du gouvernement

La comédienne britannique Helen McCrory ("Harry Potter", "Peaky Blinders") est décédée à l’âge de 52 ans

EN DIRECT - Funérailles du prince Philip : une minute de silence observée dans tout le Royaume-Uni

Lire et commenter