Un taux d'incidence à 400, le seuil pas si fatidique pour reconfiner l'Ile-de-France

Un taux d'incidence à 400, le seuil pas si fatidique pour reconfiner l'Ile-de-France

SOUS CLOCHE – Invité dimanche soir sur Twitch, le Premier ministre a mis en avant le taux d'incidence du virus et le seuil de 400 pour 100.000 habitants, chiffre à partir duquel un reconfinement serait justifié en Ile-de-France.

"La situation est inquiétante et on ne s'en cache pas" : Jean Castex a reconnu ce dimanche que l'Ile-de-France faisait face à une recrudescence de l'épidémie de coronavirus. Pour autant, l'hypothèse d'un reconfinement est, pour l'heure, écartée. Notamment parce que le taux d'incidence n'a pas atteint un taux fatidique.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Invité en direct sur le réseau Twitch par le journaliste de France Télévisions Samuel Etienne, Jean Castex a une fois de plus martelé que si un confinement "n'est pas exclu", "il faut qu'on utilise toutes les armes à notre disposition pour l'éviter". Car, à l'approche de la date anniversaire du premier confinement national, les Français "en ont marre", a souligné le chef du gouvernement.

"Beaucoup de flux en Ile-de-France"

Quand, dès lors, décider de la mise sous cloche de l'Ile-de-France ? Le Premier ministre a mis en avant un seuil d’incidence à 400 pour 100.000 habitants. Un seuil déjà atteint dans les Alpes-Maritimes, confinées le week-end, mais pas en Ile-de-France où, rappelle le chef du gouvernement, l'incidence est de 391 pour 100.000 habitants. 

"Tant que les chiffres ne sont pas atteints, nous ne pouvons pas prendre les mêmes mesures", a-t-il jugé. "Chaque jour qui passe est un jour de gagné, mais s'il est nécessaire, comme on l'a fait ailleurs, comme on l'a fait avant, nous y procèderons". "La grosse difficulté pour l’Île-de-France c’est qu’on ne peut pas prendre un département isolement parce qu’il y a beaucoup de flux", a répété le Premier ministre, ajoutant "on est obligé de considérer l’Île-de-France globalement".

Lire aussi

"Rien de neuf sur le taux d'incidence"

Des propos destinés à calmer la fronde de certains responsables de régions, où des confinements de week-end ont été réintroduits. C'est notamment le cas de Renaud Muselier, président de Paca, qui a dénoncé ce samedi une "injustice" entre les Alpes-Maritimes, qui entament leur troisième week-end de confinement, et la Seine-Saint-Denis, département de banlieue parisienne également très touché. 

Faut-il s'attendre à un reconfinement dans la région capitale dès lors que le seuil de 400 sera atteint ? Pas forcément, a expliqué une source gouvernementale à LCI dans la soirée. "Rien de neuf sur le taux d'incidence de 400. Un taux d'incidence de 400 correspond toujours à une circulation presque deux fois supérieure à la moyenne. C’est donc un point de vigilance très fort, mais il ne s’agit pas d’un seuil de confinement, tous les autres indicateurs sont pris en compte : occupation des lits de réas, entrées hospitalières, etc."

Seule certitude : face au risque de saturation en Ile-de-France, l'exécutif accélère les évacuations sanitaires. Après trois personnes samedi et trois dimanche, six seront évacuées quotidiennement par voie aérienne à partir de lundi, a annoncé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Une centaine devrait suivre dans la semaine, essentiellement par TGV médicalisés. Avec pour objectif de désengorger les hôpitaux de la région la plus peuplée du pays : la situation est particulièrement tendue, avec 1.100 malades hospitalisés en réa samedi (4.070 dans tout le pays). 

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique de Jean-Michel Apathie

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

 Chaque matin Jean-Michel Apathie reçoit des invités  politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Covid-19 : la France va durcir ses restrictions pour les voyages dans les pays les plus touchés

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

Lire et commenter