Qui peut désormais circuler après 20h ? Le mode d'emploi du couvre-feu

Qui peut désormais circuler après 20h ? Le mode d'emploi du couvre-feu

DÉCONFINEMENT - Un couvre-feu "strict" est mis en place à compter de ce mardi 15 décembre dans toute la France. Désormais pour se déplacer après 20h, il faudra disposer d'une attestation et d'un motif bien précis. Voici les détails.

Après le tour de vis, les nouvelles mesures entrent en application. À partir de ce mardi 15 décembre, tout le monde devra être chez soi à partir de 20h. Lors de son discours prononcé le 10 décembre, le Premier ministre Jean Castex a annoncé un couvre-feu plus strict que celui annoncé au départ par le Président. "Il débutera dès 20 heures et non à 21 heures. Il sera strictement contrôlé avec des possibilités de dérogations limitées", a-t-il déclaré. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a précisé les nouvelles modalités de ce couvre-feu. Tout d'abord, les attestations ne seront plus obligatoires - à partir de ce mardi - pour se déplacer pendant la journée et il sera possible de se rendre librement dans les différentes régions. En revanche, il faudra disposer d'une attestation à partir de 20h pour circuler. 

Le couvre-feu concernera toute la France - sauf les territoires ultramarins. Les déplacements seront donc interdits de 20 h à 6 h du matin. Le ministre de l'Intérieur a précisé que même si un individu se trouve dans un magasin ouvert jusqu'à 20 h, il devra s'organiser pour être chez lui à 20 h. En revanche, l'employé de ce même magasin qui ferme à 20h sera autorisé à rentrer chez lui même après cette heure dès lors qu'il possède une attestation.

Seul "un nombre limité de dérogations" sont ainsi prévues. Sans surprise, Gérald Darmanin a affirmé que les déplacements entre le domicile et le lieu de travail seront autorisés - notamment pour ceux qui travaillent de nuit

Raisons médicales, motifs familiaux impérieux...

Parmi les autres motifs d'autorisation ? Les déplacements pour raison de santé seront autorisés. "Par exemple aller à l'hôpital ou se rendre dans une pharmacie de garde". Il sera aussi possible de se déplacer pour des motifs familiaux impérieux, la garde d'enfant ou porter assistance à personne vulnérable. Les missions d'intérêt général ou la promenade des animaux de compagnies restent aussi autorisés entre 20 h et 6 h.

La pratique sportive et la balade en plein air ne seront pas autorisés entre 20 h et 6 h, "dans la mesure où elle pourra se dérouler en pleine journée", a ajouté Gérald Darmanin. 

Enfin, il n'y aura pas de couvre-feu, le soir du 24 décembre, ce qui laissera la possibilité aux fidèles chrétiens de participer aux traditionnelles "messes de minuit". 

Renforcer davantage le dispositif de contrôle- Gerald Darmanin, ministre de l'Intérieur

Pour circuler, vous devrez donc vous munir d'une nouvelle attestation de déplacement. Le ministre de l'Intérieur a précisé qu'il faudra présenter celle-ci aux forces de l'ordre et justifier ses déplacements par des documents si nécessaire. Le montant de l'amende, en cas de non-respect du couvre-feu, reste à 135 euros. 

Et si vous avez un train arrivant après 20h ?

Et en cas de déplacements ?  Si vous avez réservé un billet de train arrivant en gare après 20h, la présentation de votre billet servira de justificatif. La SNCF a en effet maintenu ses trajets à partir du 15 décembre. Même chose avec les billets d'avion. En revanche, les départs en vacance en voiture à des horaires tardifs sont à proscrire. 

Le couvre-feu sera-t-il plus strict ? Gérald Darmanin a demandé aux forces de l'ordre de "renforcer davantage le dispositif de contrôle". Au total, 2,9 millions de contrôles ont été diligentés et plus de 285 000 verbalisations ont été établies depuis le 30 octobre, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. "Il est fondamental que ces règles soient respectés par tous pour contenir l'épidémie", a-t-il martelé. 

Lire aussi

Gérald Darmanin a aussi affirmé qu'il fallait être "particulièrement vigilant dans les lieux de rencontre, les grands magasins et les centres commerciaux'. Il a donc demandé au préfet de renforcer les contrôles afin que ces établissements respectent bien les règles sanitaires. Le ministre a prévenu qu'il serait "intransigeant" sur l'organisation des rassemblements non autorisés et les fêtes sauvages. 

Enfin, il a rappelé que les forces de sécurité assureront les contrôles avec "tact" et "mesure", tout en ajoutant qu'il "n'y aura pas de consignes d'indulgence".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Lire et commenter