Quelles alternatives au confinement le week-end pourraient être mises en place ?

Quelles alternatives au confinement le week-end pourraient être mises en place ?

COVID-19 - Le gouvernement semble avoir choisi d'imposer un confinement le week-end au seul département du Pas-de-Calais. Quelles mesures pourraient être prises ailleurs pour faire baisser le nombre de contaminations ?

Seul le Pas-de-Calais sera, avec le littoral des Alpes-Maritimes et l'agglomération de Dunkerque, confiné les trois prochains week-ends. Confirmation que l'exécutif considère le confinement comme une mesure d'ultime recours, à repousser le plus longtemps possible. Pour faire baisser le nombre de contaminations dans les 23 départements placés sous vigilance, les préfets et les élus locaux ont été invités par Jean Castex à prendre des mesures alternatives.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie

Les jauges diminuées, les espaces de plein air interdits

Leur objectif principal sera d'éviter les rassemblements trop importants en extérieur. Ainsi, la fermeture des lieux à forte fréquentation devrait être décidée, par exemple les quais de Seine à Paris. Une mesure déjà pratiquée à Toulouse, où la préfecture a déjà interdit l'accès aux berges de Garonne, bien que la Haute-Garonne ne figure pas parmi les départements placés en surveillance renforcée. Des rues pourraient également être fermées ou la consommation d'alcool sur la voie publique, interdite dans certaines artères. Il y a une dizaine de jours, c'est ce qu'a ordonné la préfecture de police de Paris rue de Buci et place de la Contrescarpe. 

Pour éviter les rassemblements trop importants en intérieur, les centres commerciaux et magasins vont être soumis à de nouvelles mesures. Le préfet des Hauts-de-Seine avait discuté avec les élus locaux de son département de la possibilité de fermer les commerces de plus de 5000 m², contre 20.000 m² aujourd'hui. Il a également émis la possibilité de réduire les jauges d'accès. Les Hauts-de-Seine réfléchissaient également à la possibilité de n'autoriser que les stands alimentaires sur les marchés. Le gouvernement est allé plus loin en demandant la fermeture des centres commerciaux de plus de 10.000 m² dans ces 23 départements.

 Les départements où le port du masque n'est pas obligatoire dans toutes les villes et villages pourraient l'imposer partout, comme dans la Drôme où, depuis le 2 mars, il doit être porté dans tous les centres-bourgs et centres-villes. À compter de ce vendredi 5 mars, son port a été étendu à l'ensemble des zones d'agglomération des communes du département du Nord.

Lire aussi

Dans sa conférence de presse, jeudi 4 mars, Jean Castex a annoncé que cette mesure serait étendue à toutes les zones urbaines des départements en surveillance renforcée. 

Mettre l'accent sur le dépistage et la vaccination

Enfin, selon une source gouvernementale citée par l'AFP, il faut "renforcer la politique de tests et d'isolement et accélérer la vaccination". De nombreux élus, comme le président du département de Seine-Saint-Denis et la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, réclament un ciblage plus précis des campagnes de vaccination. Il faut l'adapter "en fonction de la population hospitalisée" et "flécher les vaccins là où la pandémie fait rage", avait estimé cette dernière dimanche 28 février. "Je pense qu'il sera annoncé qu'un certain nombre de doses de vaccin supplémentaires seront attribuées aux zones les plus touchées par la pandémie", avait espéré cette dernière ce jeudi, avant la conférence de presse de Jean Castex. Espoir confirmé, puisque le Premier ministre a annoncé que 10.000 doses supplémentaires seraient allouées, dès le 4 mars, dans le Pas-de-Clais, pour un total de 135.000 nouvelles doses dans les 23 départements.

Le gouvernement a ainsi confirmé que les Français pourraient désormais se faire vacciner chez le pharmacien à partir du 15 mars, date de la prochaine livraison d'AstraZeneca. Tous les élus réclament également plus de campagnes de dépistage, notamment dans les écoles. Un certain nombre ont d'ores et déjà choisi de distribuer plus de tests antigéniques depuis le début de la semaine.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Covid-19 : la France va durcir ses restrictions pour les voyages dans les pays les plus touchés

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

Lire et commenter