Covid : huit prises de parole d'Emmanuel Macron pour huit moments clés de l'épidémie

Covid : huit prises de parole d'Emmanuel Macron pour huit moments clés de l'épidémie

GESTION DE CRISE - Emmanuel Macron s'exprimera mardi 24 novembre à 20 heures pour annoncer une adaptation des règles du confinement. Le chef de l'Etat, qui prend la parole pour la 8e fois depuis le début de la crise, a dû reprendre la main à chaque tournant de l'épidémie.

Près de quatre semaines après sa dernière allocution, Emmanuel Macron s'adressera de nouveau aux Français mardi prochain. Lors d'une intervention télévisée prévue à 20 heures, le chef de l'Etat annoncera une adaptation des règles du confinement. Si le gouvernement insiste bien ces derniers jours sur le fait que le confinement n'est pas terminé, il planche sur une version allégée que dévoilera le président de la République mardi 24 novembre. 

Emmanuel Macron devrait notamment annoncer la réouverture des commerces dits "non essentiels" et peut-être en préciser la date (27, 28 novembre, 1er décembre). D’autres questions doivent être tranchées ces prochains jours et pourraient être évoquées par le chef de l'Etat, comme la réouverture des salles de cinéma et de théâtres et la possibilité d'organiser des offices religieux. 

Cette allocution présidentielle sera la troisième en un mois et demi, après un long silence estival au cours duquel il avait laissé son gouvernement aux manettes. Mais la seconde vague qui a submergé la France cet automne a poussé le Président à reprendre la main pour tenter de répondre à l'urgence de la situation. Le 14 octobre il avait annoncé les mesures de couvre-feu, et le 28 octobre dernier il avait annoncé un nouveau confinement. Mardi, Emmanuel Macron s'exprimera face aux Français pour la 8e fois en huit mois. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France touchée par une deuxième vague d'ampleur

Lire aussi

Une intervention à chaque tournant de l'épidémie

Depuis le début de la crise, en mars dernier, Emmanuel Macron est intervenu à chaque moment clé, laissant les phases intermédiaires à ses Premier ministres - Edouard Philippe puis Jean Castex - ainsi qu'à son ministre de la Santé, Olivier Véran, ou à d'autres ministres pour les mesures relevant de leur portefeuille (école, aides aux entreprises, transports...)

La première allocution d'Emmanuel Macron remonte au 12 mars, moment où l'épidémie explosait en France. Le chef de l'Etat s'était adressé aux Français durant une demi-heure pour annoncer la fermeture des écoles jusqu'à nouvel ordre, à un moment où les autorités craignaient encore que le milieu scolaire soit un lieu de diffusion massive du virus, appeler les personnes âgées fragiles à rester à leur domicile et l'ensemble de la population "à limiter les déplacements au strict nécessaire". Face à "la plus grave crise sanitaire qu'ait connu la France depuis un siècle, l'urgence est de freiner l'épidémie pour protéger nos hôpitaux", avait-il insisté. Il avait décidé à cette occasion de maintenir le premier tour des élections municipales, après avoir consulté les partis d'opposition. Une décision qui lui a été reprochée par la suite. 

En vidéo

Coronavirus : l’allocution d'Emmanuel Macron

Quatre jours plus tard seulement, le 16 mars, Emmanuel Macron était revenu devant les Français. Une nouvelle allocution de 20 minutes au cours de laquelle, sur un ton martial, il avait martelé le fameux "nous sommes en guerre". "J'ai décidé de renforcer encore les mesures pour réduire nos déplacements et nos contacts au strict nécessaire", avait-il annoncé aux Français, ouvrant alors la voie au confinement. Il avait annoncé du même coup le report du second tour des élections municipales. 

En vidéo

Confinement, report des municipales : revivez l'allocution d'Emmanuel Macron sur le coronavirus

La troisième intervention de ce type date du 13 avril 2020. "Les résultats sont là", avait annoncé le chef de l'Etat à des Français confinés depuis trois semaines, estimant que le confinement avait permis de désaturer les urgences hospitalières et annonçant la réouverture progressive des écoles. Durant ce nouveau discours d'une demi-heure, il avait annoncé le prolongement du confinement jusqu'au 11 mai, fixant ainsi un objectif de sortie de crise, concomitant avec la montée en puissance des tests et de la production de ces masques qui avaient tant manqué dans la première phase.

En vidéo

"Le confinement le plus strict doit encore se poursuivre jusqu'au lundi 11 mai" : revivez l'allocution d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron plus en retrait après le déconfinement

Les interventions du chef de l'Etat s'étaient espacées après le 11 mai. Il a toutefois livré sa quatrième allocution, d'une vingtaine de minutes, le 14 juin, alors que la situation sanitaire s'améliorait nettement sur l'ensemble du territoire et que l'heure était à l'optimisme. De nombreux territoires étaient repassés en vert et les restaurants avaient été autorisés à rouvrir dans les zones rouges. "Les crèches, les écoles, les collèges se prépareront à accueillir à partir du 22 juin tous les élèves de manière obligatoire et selon les règles de présence normales", avait également annoncé le chef de l'Etat. Les rassemblements, en revanche, devaient rester encadrés. 

En vidéo

L'intégralité de l'allocution d'Emmanuel Macron du 14 juin 2020

Sur un modèle moins martial, Emmanuel Macron avait accordé  une interview, le 14 juillet 2020, qui avait réuni pas moins de 8,1 millions de téléspectateurs, les Français se questionnant notamment sur leurs vacances d'été. Le président de la République avait souhaité se projeter davantage dans le moyen terme, présentant les contours de son plan de relance, tout en annonçant des mesures sanitaires de court terme, comme le port obligatoire du masque dans les lieux clos. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Emmanuel Macron s'exprimera à 20h pour rendre hommage à "VGE"

L'application TousAntiCovid sésame indispensable pour entrer dans un supermarché ?

EN DIRECT - Covid 19 : 100.000 personnes hospitalisées aux États-Unis, un record

Bruxelles : quand la police tombe nez à nez avec un eurodéputé hongrois dans une fête libertine clandestine

Valéry Giscard d'Estaing est décédé "des suites du Covid-19"

Lire et commenter