Covid-19 : "Il faut avoir confiance dans le vaccin AstraZeneca", estime Jean Castex

Covid-19 : "Il faut avoir confiance dans le vaccin AstraZeneca", estime Jean Castex

QUESTIONS/RÉPONSES - Le Premier ministre était dimanche soir en direct sur la chaîne Twitch du journaliste Samuel Etienne, où il répondait uniquement aux questions d’internautes. L’occasion pour Jean Castex de s’exprimer sur la crise du coronavirus et les choix du gouvernement.

Alors que ce dimanche, l’Irlande puis les Pays-Bas ont annoncé suspendre par précaution l’utilisation du vaccin AstraZeneca, après que des "effets secondaires possibles" ont été rapportés au Danemark et en Norvège (sans lien avéré à ce stade), Jean Castex a pour sa part indiqué qu'il lui maintenait sa "confiance"

"À ce stade, il faut avoir confiance dans ce vaccin et se faire vacciner, je le dis de la façon la plus solennelle, sinon on aura des retards dans la vaccination, les Françaises et Français seront moins protégés et la crise sanitaire durera longtemps", a déclaré le Premier ministre, à l’occasion d’un entretien sur la plateforme Twitch avec le journaliste Samuel Etienne.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie

"On n'a pas suspendu parce que nous ne disposons pas, au contraire, d'éléments qui nous conduisent en France à suspendre cette vaccination", a-t-il argumenté. 

Jeudi 11 mars déjà, lors de sa conférence de presse hebdomadaire, Olivier Véran avait tenu un discours similaire. "Il n’y a pas lieu de suspendre la vaccination par AstraZeneca", avait affirmé le ministre de la Santé, lui-même vacciné à l'aide du produit, après avoir saisi l’Agence nationale de sécurité du médicament. Puis vendredi 12 mars, c’est l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui avait déclaré qu'il n'y avait "pas de raison de ne pas utiliser" le vaccin développé par le laboratoire suédo-britannique AstraZeneca et l'université d'Oxford. 

Le reconfinement en Ile-de-France "pas exclu"

Invité à répondre aux questions des internautes, Jean Castex a aussi, concernant la vaccination, renouvelé ce dimanche son appel à ce que les soignants se fassent vacciner. "Le taux de vaccination des soignants est encore variable, je pense qu’on est à 40%. Parfois ça me met en colère", a-t-il confié." Mais le Premier ministre, il ne faut pas qu’il soit en colère, il faut qu’il agisse. Notre rôle, c’est de les convaincre, leur dire : 'Faites-vous vacciner'. Il y a encore des réserves, mais le mouvement est bien engagé."

Le Premier ministre a bien sûr été interrogé également sur la possibilité d’un reconfinement en Île-de-France. "Chaque jour qui passe est un jour de gagné pour éviter ce confinement, mais s'il est nécessaire, comme on l'a fait ailleurs, comme on l'a fait avant, nous y procéderons", a-t-il assuré, rejetant les accusations de "deux poids, deux mesures", alors que d’autres territoires sont déjà confinés les week-ends. "On est obligé de considérer l'Ile-de-France globalement", a justifié le chef du gouvernement, soulignant les mouvements importants au sein de la région et le fait que la situation est toujours sous contrôle dans certains départements. 

"Il n'est pas exclu, mais il faut qu'on utilise toutes les armes à notre disposition pour éviter le reconfinement compte tenu des conséquences qu'il a pour la population", a-t-il insisté. "On a démarré le confinement quand le taux d'incidence était à 400 pour 100.000 habitants", précise-t-il. Un chiffre aussitôt relativisé par Matignon, qui assurait que le seuil existait déjà et que d'autres indicateurs, notamment le taux de saturation en réanimation, seraient pris en compte.

Lire aussi

Sur la fermeture des restaurants, bars, lieux culturels, salles de sport, Jean Castex a déclaré que "tout ce que l’on ferme, c’est un crève-cœur".  Mais il a rappelé qu’"à ce stade, le niveau de la maladie est encore trop élevé" pour permettre une réouverture. A défaut de donner une date éventuelle, le locataire de Matignon a voulu se montrer optimiste pour les vacances d’été, affirmant qu’"on retrouvera une partie de notre liberté". "La différence entre l'été 2020 et l'été 2021, c'est que l'on aura vacciné", a-t-il dit.

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique de Jean-Michel Aphatie

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

 Chaque matin Jean-Michel Aphatie reçoit des invités  politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 5.900 malades en réa, 385 décès en 24h

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Lire et commenter