Olivier Véran sous pression pour son retour sur le devant de la scène

LES COULISSES DE LA POLITIQUE - Face au rebond de l'épidémie de coronavirus, le ministre de la Santé va donner une conférence de presse.
Politique

GESTION DE CRISE - Le ministre de la Santé, qui prend la parole ce jeudi à 17 heures, n'est plus en état de grâce auprès d'Emmanuel Macron. Le président de la République le somme notamment d'améliorer l'accès aux tests.

Il a un peu disparu de la circulation, lui qui prenait la parole presque quotidiennement au plus fort de la crise. Olivier Véran inaugure ce jeudi 17 septembre à 17 heures le point presse qu'il tiendra toutes les semaines pour rendre compte aux Français de l'évolution de l'épidémie et détailler la politique anti-Covid-19 du gouvernement. Un retour sur le devant de la scène sous pression pour le ministre de la Santé.

Lire aussi

La semaine dernière en Conseil de défense, le député de l'Isère a dû faire face au désaveu du chef de l'Etat. Alors qu'il plaide pour une fermeture moins tardive des bars et des restaurants à Bordeaux et Marseille, où la circulation du virus inquiète, Emmanuel Macron qui ne cesse de répéter qu'il faut "vivre avec le virus", n'est pas d'accord, indique Le Monde

Autre sujet de la colère du Président : les tests. L'Elysée estime que les délais d'attente sont trop longs. "Un million de tests par semaine, c'est bien beau, mais si les résultats arrivent trop tard, ça ne sert à rien", aurait lancé le chef de l'Etat, selon des propos rapportés par Le Figaro.

"Le ministère de la Santé, ce n'est pas le plus réactif"

Selon Le Parisien, Emmanuel Macron réclame la création de files d'attente prioritaires pour le personnel soignant, les personnes présentant des symptômes et les cas contacts, faisant remarquer qu'il avait déjà formulée cette demande mi-août en Conseil de défense, sans effet. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face au rebond de l'épidémie

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Un ministre glisse au quotidien : "Le ministère de la Santé, ce n'est pas le plus réactif. Les tests antigéniques, les tests salivaires, les homologations, ça traîne... Il y a une partie de ce ministère qui ne semble pas être en état d'urgence."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent