Covid-19 : pourquoi le gouvernement se veut rassurant face à la 5e vague

Covid-19 : pourquoi le gouvernement se veut rassurant face à la 5e vague

OPTIMISME - À l'aune de la situation dans les hôpitaux, alors que la 5e vague touche la France, le gouvernement se veut rassurant sur la capacité du pays à la traverser sans mettre en place de nouvelles restrictions.

La 5e vague de Covid-19 touche la France. Mais alors que d'autres pays européens prennent de nouvelles mesures restrictives, comme l'Autriche, qui confine de nouveau sa population, le gouvernement français se veut confiant et rassurant. Si comme à chaque fois il répète qu'il n'exclut rien et se réserve le droit de prendre des décisions pour contenir l'épidémie, à l'heure actuelle, il n'en est pas question.

Toute l'info sur

La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

D'abord parce que l'exécutif pense encore que cette 5e vague ne se traduira pas par une situation incontrôlable à l'hôpital. "Nous n'avons pas à proprement parler d’inquiétude, nous avons une forme de confiance raisonnable dans le fait qu’une nouvelle vague ne se traduise pas avec une forte pression hospitalière", a indiqué un conseiller de l'exécutif à TF1 et LCI, ajoutant que "nous ne sommes pas encore à 30% d'occupation des services de réanimation". En revanche, si la situation venait à se dégrader dans ces derniers, la position du gouvernement pourrait changer. "L'hôpital sera juge de paix", a estimé ce conseiller.

Lire aussi

L'exécutif se félicite également d'avoir mis en place le pass sanitaire l'été dernier, et estime que c'est cela qui lui permet aujourd'hui d'écarter les hypothèses d'un reconfinement ou d'un couvre-feu. "Les pays qui décident d'un confinement sont des pays qui n'ont pas adopté le pass sanitaire et qui sont moins vaccinés", a d'ailleurs déclaré Emmanuel Macron ce vendredi lors d'une visite dans les Hauts-de-France. "Pour le chancelier autrichien, l'effet attendu n'était pas une baisse des contaminations mais que les gens aillent se faire vacciner. Nous, on a déjà le pass sanitaire.... c'est le même effet recherché", a expliqué à TF1 et LCI ce conseiller gouvernemental.  

"Nous avons une couverture vaccinale qui est quand même élevée. L'enjeu, c'est la dose de rappel, nous devons nous assurer que les gens doublement vaccinés ne finissent pas en réanimation. C'est ça notre levier."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : "Il n'impacte pas le profil de la vague que nous connaissons"

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

Affaire Hulot : Matthieu Orphelin, porte-parole de Yannick Jadot, "mis en retrait" de la campagne d'EELV

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.