Covid-19 : réclamé par des élus inquiets, le recours à l'armée n'est pas d'actualité

Covid-19 : réclamé par des élus inquiets, le recours à l'armée n'est pas d'actualité

URGENCE SANITAIRE - Alors que des élus locaux en appellent à l'armée pour soulager le personnel médical, l'Etat pourrait-il envisager cette solution pour faire face à la crise ? Si l'armée dit se tenir "prête", son implication dans la gestion de la crise sanitaire n'est pas d'actualité.

Les 21 maires du syndicat intercommunal du Pays du Gier, dans le sud du département de la Loire, sont inquiets. Alors que leur territoire et ses hôpitaux sont très impactés par l'épidémie de Covid-19, ils en appellent à l'aide de l'armée. "Nous demandons à bénéficier d'une aide identique à celle qui a été apportée au printemps dernier à la région de Mulhouse au cœur de la crise : l'installation de moyens sanitaires militaires", écrivent-ils. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France touchée par une deuxième vague d'ampleur

Lire aussi

Le 20 mars dernier, l'armée avait monté un hôpital de campagne à proximité de l'hôpital Emile Muller de Mulhouse, débordé par l'afflux de patients. Sous des tentes militaires, trente lits de réanimation avaient été installés. Jusqu'à sa désinstallation mi-mai, 47 patients y avaient été soignés, ce qui avait permis d'augmenter la capacité de l'hôpital public voisin de 30%. Cette installation avait mobilisée 90 membres du Service de Santé des Armées et 30 autres militaires, chargés de la logistique.

Au cours de l'opération Résilience lancée à la fin du mois de mars 2020 et "dédiée au soutien des services publics et des Français dans les domaines de la santé, de la logistique et de la protection", l'armée avait également organisé le transfert de patients entre différents hôpitaux, différents services de réanimation. 

L'armée prête à aider si l'Etat en fait la demande

Alors que la situation sanitaire s'aggrave en France, et que médecins et élus locaux tirent la sonnette d'alarme sur la saturation des hôpitaux, l'armée pourrait-elle de nouveau être sollicitée ? "L'armée répondra aux demandes formulées par l'Etat, elle se tient prête à aider en fonction de ses besoins", a indiqué à LCI un membre de l'entourage de la ministre des Armées Florence Parly. Par exemple, "certaines actions entreprises pendant l'opération Résilience pourraient tout à fait être répétées."

Mais l'armée, même réclamée par des élus inquiets, ne peut pas devenir une solution de facilité. "Nous ne pourrons pas absorber à nous seuls toute la crise sanitaire. L'armée doit intervenir là où les services de l'Etat ne peuvent plus le faire", indique cette même source à LCI, qui précise que "ses capacités de réanimation mobile sont plutôt réservées à l'Outre-mer."

A l'heure actuelle, le recours à l'armée n'est pas envisagé par l'Etat. L'Agence régionale de santé (ARS) Auvergne-Rhône-Alpes a assuré dimanche que la situation dans les hôpitaux de la Loire était "tendue" mais "sous contrôle". "La situation est inquiétante, indiscutablement, et très tendue dans les hôpitaux mais nous la maîtrisons. Nous n'en sommes pas à appeler l'armée car nous faisons face", a indiqué à l'AFP son directeur Jean-Yves Grall. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : une proposition de loi déposée pour rendre obligatoire l'isolement des malades

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Allègement du confinement : les mesures détaillées jeudi par Jean Castex

L'ouverture des stations de ski "impossible" pour les vacances de Noël

Lire et commenter