Vaccination : Emmanuel Macron dénonce le "cynisme politique" de ceux qui crient à la "dictature"

Vaccination : Emmanuel Macron dénonce le "cynisme politique" de ceux qui crient à la "dictature"

VACCINATION - En déplacement dans les Hautes-Pyrénées pour la 18e étape du Tour de France, Emmanuel Macron a dénoncé jeudi le "cynisme politique" qui fait "courir des risques au pays", tout en saluant la "prise de conscience des Français qui hésitaient à se faire vacciner".

Emmanuel Macron de retour sur le terrain. Trois jours après ses annonces concernant les nouvelles mesures sur l'extension du pass sanitaire, qui ont suscité de nombreuses réactions, le chef de l'État a suivi ce jeudi la 18e étape du Tour de France, entre Pau et Luz-Ardiden, alors qu'il entame un déplacement dans les Hautes-Pyrénées consacré notamment au tourisme. 

À l'occasion de la visite du vaccibus des sapeurs-pompiers, qui accompagne le Tour de France, et qui a fait 760 vaccinations depuis le début de l'événement sportif, il n'a pas manqué de se féliciter de la "prise de conscience des Français qui hésitaient à se faire vacciner". 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Comme l'avait indiqué un peu plus tôt dans la journée le ministre de la Santé, Emmanuel Macron a souligné que "près de trois millions de nos concitoyens ont pris rendez-vous" depuis lundi soir, saluant cette ruée sur la vaccination

"Je pense que c’est une bonne chose. On a d’abord une majorité de Français qui étaient vaccinés première dose ou même les deux doses. Donc c’est la fin de l’effort, si je puis dire. Il nous restait lundi dernier, 19 millions d’adultes à vacciner, donc ça a déclenché quelque chose", a-t-il ajouté, estimant par ailleurs que le département des Hautes-Pyrénées, où il se trouvait était "le maillot jaune de la vaccination", puisque 65% de la population générale y est vaccinée.  

Mise en garde contre ceux qui "utilisent la peur"

Interrogé par ailleurs par un habitant qui lui faisait part de son inquiétude face aux nouvelles mesures sur l'extension du pass sanitaire, Emmanuel Macron s'est voulu rassurant, rappelant qu'il avait été retardé au 30 août pour les 12-17 ans. "On a un peu de temps, ça va se faire, ne vous inquiétez pas", lui a-t-il dit. En revanche, il s'est montré très critique envers ceux qui dénoncent une "dictature" en estimant qu'ils font "courir des risques au pays". 

"On a des gens aujourd'hui qui, avec beaucoup de cynisme politique, utilisent la peur de certains ou la confusion qui peut naître sur certains sujets, les fausses informations qui sont véhiculées, pour en faire un projet politique", a déclaré le chef de l'État devant la presse. "Je pense que ce cynisme doit être âprement combattu parce qu'il fait courir des risques au pays", a-t-il poursuivi.

Lire aussi

Pour le président de la République, "il y a des débats sur tous les sujets, on en vit en permanence, mais si on vide les mots de leur sens, le risque qu'on court, c’est de menacer notre démocratie elle-même". "Il y a une utilisation politique" du mot dictature "par certains", mais "c'est un devoir civique, quelles que soient les opinions politiques qu'on a, qu'on soit responsable politique, journaliste, intellectuel ou autres, (...) de ne jamais tomber dans l'utilisation de ces mots", a-t-il insisté, soulignant que "certains s'y sont prêtés en d'autres temps, avec beaucoup de facilités".

Non une dictature, ça n'est pas ça- Emmanuel Macron

"Non une dictature, ça n'est pas ça", a-t-il martelé. "C'est pas un endroit où toutes vos libertés sont maintenues, où on a maintenu tout le cycle électoral, (...) où vous pouvez exercer vos droits, où on rembourse tous vos tests, où le vaccin est gratuit, (...) ça s'appelle pas une dictature, je pense que les mots ont un sens". 

Et le chef de l'État d'insister : "Il y a des oppositions qui existent, que je comprends tout à fait, que je respecte, (...) mais quand on a les armes, on ne peut pas décider délibérément de ne pas les utiliser contre ce virus."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 19.600 nouveaux cas en 24h, forte hausse des hospitalisations

Covid-19 : Pfizer et Moderna augmentent les prix de leurs vaccins pour l'Europe

Star de TikTok, Anthony Barajas meurt à 19 ans après une fusillade dans un cinéma californien

Immersion dans les coulisses d'un camping de luxe dans l'Hérault

Iran-Israël : l'attaque meurtrière d'un pétrolier en mer d'Oman ravive les tensions

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.