Vaccin : Castex et ses ministres doivent-ils montrer l'exemple ?

Vaccin : Castex et ses ministres doivent-ils montrer l'exemple ?

CORONAVIRUS - Alors qu'une partie des Français, méfiants, ne comptent pas se faire vacciner contre le Covid-19, les membres du gouvernement doivent-ils donner l'exemple ? Des voix s'élèvent pour le demander.

Aux États-Unis, le président élu Joe Biden et plusieurs anciens présidents se sont dits prêts à se faire vacciner sous les caméras pour encourager leurs concitoyens à faire ce geste, à l'instar de la reine d'Angleterre et de son mari le prince Philip qui rendront publique leur injection. 

Position identique en Espagne pour le socialiste Pedro Sanchez, qui a assuré qu'il le ferait "sans aucun doute, non seulement comme président du gouvernement, mais aussi comme citoyen". Sans parler du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, qui s'est dit prêt mercredi à "être le premier à se faire vacciner afin de montrer l'exemple". Et en France ? Ceux qui nous gouvernent sont-ils prêts à faire de même face à une population de plus en plus réticente ? Rien n'est moins sûr...

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

"Pas de passe-droit", pour Jean Castex

Interrogé ce dimanche par le quotidien régional l'Indépendant, le Premier ministre a été clair : "Je me serais volontiers fait vacciner dès le début de la campagne, au titre de l’exemplarité. Mais je ne voudrais pas que ce soit interprété comme un passe-droit par rapport aux priorités établies par la Haute autorité de santé". Même son de cloche du côté de l'Elysée. Lors de son interview le 4 décembre avec le média en ligne Brut, Emmanuel Macron avait répondu qu'il n'avait "pas la même stratégie" que certains de ses homologues étrangers, et qu'il ne comptait pas passer avant les publics prioritaires. "Je ne vais pas du tout faire, moi, l'inverse de ce que je recommande pour la population. On n'a pas la même stratégie de vaccination qu'eux. Et donc aujourd'hui, on n'est pas en train de dire aux gens vaccinez-vous, vaccinez-vous à toute force", avait-il expliqué.

Les responsables politiques doivent avoir un discours d’exemple en cette période trouble et de méfiance vis-à-vis de la classe politique.- Laurent Hénart, président du Mouvement Radical

Une position incompréhensible pour certaines personnalités politiques, alors que la stratégie vaccinale du gouvernement face au Covid-19 sera présentée le 16 décembre devant l’Assemblée nationale. Ainsi, Laurent Hénart, le président du Mouvement Radical, avait lancé mardi un "appel au Président de la République, au Premier ministre, au gouvernement, aux parlementaires, ainsi qu’aux chefs de partis, afin qu’ils se fassent vacciner rapidement". 

"Alors que les sondages montrent la réticence croissante des Français à se faire vacciner, les responsables politiques doivent avoir un discours d’exemple en cette période trouble et de méfiance vis-à-vis de la classe politique. Laurent Hénart plaide donc pour cet acte de rassemblement et de citoyenneté de la part de ceux qui les représentent", affirmait son communiqué.

Lire aussi

Le maire de Marignane (Bouches-du-Rhône), Eric Le Dissès, avait fait une demande analogue dans un autre communiqué en demandant "solennellement" à Emmanuel Macron, à Jean Castex, au gouvernement et aux parlementaires de "montrer l'exemple et de se faire vacciner d'abord".

Selon lui, "cela leur permettra de prendre enfin les devants et de prouver aux Françaises et aux Français qu'ils peuvent avoir confiance. Surtout, nous aurons, grâce au suivi médical de nos édiles, une idée précise de l'efficacité du vaccin avant qu'il ne soit administré plus massivement".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques en tissu à éviter, 2 m de distanciation... Les nouvelles recommandations face aux variants du Covid-19

EN DIRECT - Covid : l'Allemagne durcit et prolonge ses restrictions jusqu'à mi-février

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

Au crépuscule de son mandat, Donald Trump s’apprête à accorder 100 grâces présidentielles

Donald Trump quitte la Maison-Blanche avec un record d'impopularité

Lire et commenter