"Vivre quitte à en mourir, c'est une phrase à l'emporte-pièce" : Olivier Véran tacle Nicolas Bedos

"Vivre quitte à en mourir, c'est une phrase à l'emporte-pièce" : Olivier Véran tacle Nicolas Bedos

RIPOSTE - S’exprimant en commission parlementaire au Sénat, le ministre de la Santé Olivier Véran a répondu au texte virulent du réalisateur Nicolas Bedos appelant les Français à ne pas respecter les mesures sanitaires contre le coronavirus.

C’est un coup de gueule qui n’est pas passé inaperçu. Publié ce jeudi matin sur Instagram, le texte de Nicolas Bedos appelant à ne pas respecter le port du masque et les mesures gouvernementales face à la pandémie de coronavirus a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux, les plateaux de télévision… Et jusqu’aux bancs du Sénat où, interrogé en commission d’enquête, le ministre de la santé Olivier Véran a vivement critiqué le réalisateur du prochain OSS117.

"Sur le grand sujet philosophique de savoir s’il faut vivre jusqu’à en mourir… Je pourrais comprendre ce type de réflexion si elle comportait des conséquences sur sa seule santé", a commencé Olivier Véran, faisant référence à la phrase où Nicolas Bedos estime que "nous devons désormais vivre, quitte à mourir" car "nos aînés ont besoin de notre tendresse davantage que de nos précautions".

Toute l'info sur

La France face à une 3e vague d'ampleur

Lire aussi

"On ne peut pas imposer aux gens de prendre soin d’eux malgré eux. Mais on peut imposer aux gens de prendre soin des autres malgré eux", a rétorqué le ministre de la Santé, citant l’exemple de la ceinture de sécurité qui n’a"pas que pour but de protéger le conducteur. Elle a pour but aussi de protéger les autres."

Rappelant qu"un malade sur trois admis en réanimation est un malade qui n’a même pas 65 ans", Olivier Véran a estimé que "vivre quitte à en mourir, c’est une phrase à l’emporte-pièce qu’on peut lancer sur un blog, sur un compte Instagram (…) C’est peut-être un exutoire personnel. Mais je pense que dans la période on doit être extrêmement attentifs, surtout quand on a beaucoup d’écoute autour de soi, à notre façon de nous exprimer et au message que nous véhiculons".

Et le ministre de la santé de conclure face aux sénateurs : "Une société qui déciderait de faire l’impasse sur ses vieux, une société qui déciderait de faire l’impasse sur ses fragiles, ses précaires, et de faire l’impasse sur des morts évitables, ce n’est pas une société dans laquelle j’ai été éduqué, élevé, et dans lequel j’ai envie d’éduquer mes enfants".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Congrès LR pour la présidentielle 2022 : Éric Ciotti et Valérie Pécresse exposent leurs différences sur LCI

Covid-19 : en Allemagne, les restrictions contre les non-vaccinés divisent

Variant Omicron et 5e vague du Covid : un nouveau conseil de défense sanitaire prévu lundi

Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il aux Émirats, au Qatar et en Arabie saoudite ?

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.