Covid-19 : zone d'alerte "renforcée", "maximale"... tout comprendre à la nouvelle méthodologie du gouvernement

Covid-19 : zone d'alerte "renforcée", "maximale"... tout comprendre à la nouvelle méthodologie du gouvernement

ÉPIDÉMIE - Le ministre de la Santé Olivier Véran a dévoilé ce mercredi soir une nouvelle carte de la France, divisée en zones selon la virulence du virus. Des mesures restrictives particulières à ces territoires vont entrer en vigueur. Explications.

"Soyons clair : la situation continue globalement de se dégrader". Au cours de son second point-presse hebdomadaire, organisé ce mercredi soir, Olivier Véran a dévoilé les nouvelles mesures restrictives prises afin d'essayer de freiner l'épidémie de Covid-19 en France. La stratégie du gouvernement ? Une approche "territoriale", car "le virus ne circule pas de la même manière" selon les départements. D'où un classement de ces derniers selon un code couleur. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

Quels critères permettent de classer les zones ?

Selon Olivier Véran, trois critères permettent de classer les territoires : le taux d'incidence (permettant de mesurer l'intensité de la circulation du virus), le taux d'incidence mais concernant seulement les personnes âgées, et la part des patients Covid-19 dans les services de réanimation. Sur la base de ces critères, le gouvernement a ainsi établi un classement des territoires : une zone hors d'alerte (comprenant 32 départements), une zone d'alerte, une zone d'alerte renforcée, une zone d'alerte maximale, et enfin une zone où l'état d'urgence sanitaire entrerait en vigueur.

Que signifie le passage en zone d'alerte ?

En clair : que le taux d'incidence est supérieur à 50 cas pour 100.000 habitants. Ce mercredi soir, cela concerne 69 départements. Et tous vont devoir serrer la vis : d'ici lundi, la jauge des rassemblements privés sera abaissée à 30 personnes. Le préfet pourra prendre, s'il le juge nécessaire, d'autres mesures.

Que signifie le passage en zone d'alerte renforcée ?

Cela signifie que le taux d'incidence est supérieur à 150 cas pour 100.000 habitants. Mais aussi que le taux d'incidence pour les personnes âgées est supérieur à 50 cas pour 100.000 habitants. Concrètement, cela implique dorénavant plusieurs agglomérations : Bordeaux, Lyon et Nice étaient déjà concernées ; s'ajoutent Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier et Paris (et la petite couronne).

Dans ces zones, la jauge pour les rassemblements est abaissée à 1.000 personnes. Les grands événements, comme les fêtes locales ou étudiantes, sont interdits. Dans l'espace public, il est interdit de se rassembler à plus de 10 personnes. Les bars vont être fermées partiellement, sous décision du préfet. Olivier Véran a d'ores et déjà évoqué 22h00 pour la ville de Paris. Enfin, les salles de fêtes ou polyvalentes, pour les activités festives et associatives, vont devoir fermer. 

Que signifie le passage en zone d'alerte maximale ?

Que le taux d'incidence est supérieur à 250 cas pour 100.000 habitants, et que le taux d'incidence pour les personnes âgées est supérieur à 100 cas pour 100.000 habitants. Autre donnée prise en compte : la part des patients Covid-19 en réanimation, qui doit dépasser les 30%. Seulement deux zones sont concernées : la Guadeloupe et la métropole Aix-Marseille.

Quelles conséquences pour le quotidien ? Elles sont nombreuses et particulièrement strictes avec notamment la fermeture totale des bars et restaurants. Mais aussi la fermeture de tous les établissements recevant du public, sauf si un protocole sanitaire strict est en place. Cela exclu donc les musées, théâtres et cinémas, où cela existe déjà.

Pour combien de temps ces mesures sont prises ?

Olivier Véran a précisé que les décisions étaient prises chaque semaine pour les départements ou les zones concernées. Et ce pour une durée de deux semaines. A chaque fois, il sera laissé 48h aux préfets et aux ARS pour se concerter afin de choisir les mesures à prendre localement. 

Un dernier niveau : "l'état d'urgence sanitaire"

Aucun zone ne figure dans cette 5e et dernière catégorie que compte ce nouveau classement. S'y retrouveraient les territoires "où la situation épidémiques est extrêmement tendue, avec des conséquences lourdes", a prévenu Olivier Véran, le ministre de la Santé sans détailler les mesures prévues par cet "état d'urgence sanitaire" si des seuils venaient à être dépassés. Elle concernerait donc les régions où le taux d'incidence est supérieur à 250 pour 100.000 habitants, où celui pour les personnes âgées dépasserait les 100 et, enfin, où la part des patients Covid irait au-delà des 60% des capacités en réanimation de la région. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise sur Terre ce week-end : quels sont les risques ?

Jérusalem : au moins 180 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne

Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 20.000 cas en 24h, la décrue se poursuit à l'hôpital

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.