Vaccination : Olivier Faure dénonce "l’impréparation" et "l’improvisation" du gouvernement

Vaccination : Olivier Faure dénonce "l’impréparation" et "l’improvisation" du gouvernement

COLÈRE - Invité politique de LCI ce jeudi 21 janvier 2021, le premier secrétaire du Parti socialiste estime que l'État n'associe pas assez les élus dans sa stratégie de lutte contre le Covid-19, menant notamment à de nombreux couacs logistiques.

Trois semaines après le lancement de la campagne de vaccination en France, près de 700.000 personnes ont reçu la première injection. Le gouvernement escompte avoir atteint le million d'ici la fin du mois. Un objectif qui semble tout à fait atteignable. Invité politique de LCI ce jeudi 21 janvier, Olivier Faure, premier secrétaire du PS, est pourtant très critique vis-à-vis du gouvernement et de sa gestion de la crise. Selon lui, cet objectif, à ses yeux peu ambitieux, sera surtout atteint grâce à la "pression" mise sur le gouvernement, qui a "changé de braquet". "La réalité, c’est que sur les 27 pays européens, nous sommes les 25e en termes de rythme. Nous ne sommes quand même pas très brillants", note-t-il.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie
On a l’impression que jamais ils n’ont tiré aucune leçon de ce qui arrivait.- Olivier Faure, premier secrétaire du PS

Pour lui, "le ver dans le fruit" vient du fait que le gouvernement est trop centralisé et pas assez transparent. "Vous vous rendez-compte qu’on ne sait même pas qui siège au Conseil de défense ? On a des décisions qui sont prises aujourd’hui et on ne sait même pas qui les prend autour du chef de l’Etat", regrette Olivier Faure.

Le premier secrétaire du PS dit d'autre part comprendre la colère des élus, qui se sont manifestés ces derniers jours pour dénoncer "défaillances" dans la logistique de la stratégie gouvernementale. "Quand le préfet vous appelle et vous dit deux jours avant : 'On va ouvrir un centre chez vous'. Très bien. Comment on s’organise ? Comment on organise le dernier kilomètre ? Personne ne sait", fustige-t-il en soulignant que des centres qui ont été ouverts vont devoir fermer d'ici peu en raison du manque de doses distribuées. Ce jeudi matin sur LCI, le président du Conseil départemental  de l'Orne,  Christophe de Balorre, dénonçait justement une situation "incongrue" et "complétement incompréhensible" après l'annonce de la fermeture du centre de vaccination d'Alençon. "C’est de l’impréparation, de l’improvisation, comme à chaque fois ! Comme sur les masques, comme sur les tests, comme sur l’isolement, comme sur le traçage… On a l’impression que jamais ils n’ont tiré aucune leçon de ce qui arrivait. C’est quand même dramatique", déplore le premier secrétaire du PS.

Lire aussi

"Vous avez là un pouvoir qui se méfie de tout le monde, qui n’associe personne, et qui ensuite essaye de rejeter la faute sur les autres. Ce n’est pas très bien", conclut Olivier Faure, qui aimerait que les ministres, ainsi qu'Emmanuel Macron aient "l’humilité de reconnaître de temps en temps qu’ils ne sont pas des champions du monde". "Ce que je veux, c’est que ça marche car nous avons une situation sanitaire suffisamment grave pour que nous n’ayons pas à jouer les uns contre les autres." 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas en 24h, la pression hospitalière s'accentue

Marthe Villalonga, un amour caché pendant 50 ans

EN DIRECT - États-Unis : "Le voyage est loin d'être terminé", assure Trump à ses supporters

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter