Covid : un rapport parlementaire au vitriol dénonce la gestion "défaillante" de la pandémie

Covid : un rapport parlementaire au vitriol dénonce la gestion "défaillante" de la pandémie

CONCLUSIONS - Eric Ciotti, rapporteur LR de la mission parlementaire mise en place dès le début de la crise sanitaire, a présenté mercredi les conclusions de son rapport. Il y dénonce le manque d'anticipation des autorités sanitaires et un défaut de pilotage pendant la crise.

Le contexte est insolite : un rapport parlementaire vient livrer des conclusions à propos d'une crise sanitaire dont nous ne sommes pas sortis. Créée dès le 17 mars, la mission d'information "sur l'impact, la gestion et les conséquences du Covid-19" s'était vue attribuer, en mai dernier, les pouvoirs d'une commission d'enquête, et bénéficiait à ce titre d'un délai de six mois pour auditionner les acteurs de cette crise et parvenir à ses conclusions. D'où ce calendrier particulièrement serré, alors que la France n'a pas encore amorcé l'étape cruciale de la couverture vaccinale. 

Les conclusions, sévères pour le gouvernement et les autorités sanitaires, ont été présentées mercredi par le vice-président de la mission Damien Abad, patron des députés LR, et par le rapporteur LR Eric Ciotti. 

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières infos sur l'épidémie et les mesures sanitaires

Lire aussi

"Pilotage défaillant"

Les députés LR ont pointé parmi leurs conclusions, une situation où la France était "mal préparée", souffrant d'un "pilotage défaillant", de "lourdeurs administratives" alliées à un "manque de décentralisation" des prises de décisions.

Damien Abad a dénoncé "un manque d'anticipation, une sous-estimation du risque pandémique dans la hiérarchie des menaces ces dernières années". "Nous constatons aussi dans ce rapport une baisse des stocks stratégiques avec bien sûr les masques, des messages contradictoires sur les masques qui ont considérablement affaibli les capacités de résilience sanitaire, et des manques dans la politique de tests", a-t-il énuméré. Le rapport critique également la mise à l'écart de la médecine de ville dans cette gestion. 

"Il y a des mesures qui sont imposées de manière bureaucratique et parfois totalitaire, c’est-à-dire avec l’incapacité pour les oppositions, pour les corps intermédiaires, pour les présidents de région d’être entendu et écouté", dénonçait dans ce cadre le député LR Guillaume Peltier, invité mercredi matin de LCI.

Le rapport, qui conclue à l'absence d'un pilote unique dans cette crise, propose notamment la suppression des actuelles Agences régionales de santé (ARS) au profit d'agences départementales sous l'autorité des préfets. Il suggère en outre de créer un ministère chargé de "la préparation et l'anticipation des crises" afin de prévenir de nouvelles pandémies. 

Désaccord LR-LaREM sur les conclusions

Jugeant les conclusions des députés LR à charge, les députés LaREM et leurs alliés Modem, qui participaient à cette mission, ont décidé de s'abstenir lors de l'adoption du rapport. 

Patrick Mignola, président du groupe Modem, a ainsi dénoncé mercredi sur LCI un rapport "de réquisitions et d'accusations ad hominem" contre des ministres ou les anciens ministres chargés de gérer la crise. "Nous ne pouvions voter pour un rapport partial et partiel, et nous regrettons évidemment qu’il ne reflète absolument pas la qualité des auditions et des débats que nous avons menés", a également expliqué le député LaREM Julien Borowczyk, président de la commission. "Nous voulons que chacun puisse avoir accès au rapport et aux pièces, dans la plus grande transparence", a-t-il ajouté, évoquant les "130 heures d'auditions" menées dans ce cadre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Joe Biden estime que le Covid-19 fera "plus de 600.000" morts aux États-Unis

Procès en destitution de Trump : l'article transmis lundi au Sénat, et après ?

EN DIRECT - États-Unis : l'acte d'accusation contre Donald Trump transmis au Sénat lundi

Paris : un adolescent lynché sur la dalle Beaugrenelle, ses agresseurs recherchés

Joe Biden prend ses distances avec Donald Trump jusque dans la décoration du Bureau ovale

Lire et commenter