Vers un crédit d'impôt pour les Français qui hébergent des réfugiés ?

Vers un crédit d'impôt pour les Français qui hébergent des réfugiés ?

Politique
DirectLCI
SOLIDARITE - Le député LaREM du Val d'Oise a suggéré samedi la mise en place d'un crédit d'impôt pour déduire les frais liés à l'accueil de réfugiés. Aurélien Taché estime que cela permettrait au gouvernement d'envoyer "un bon signal dans des moments un peu troublés". Ce crédit pourrait atteindre 1500 euros par an.

Et si l'Etat aidait les Français qui font preuve de solidarité à l'égard des réfugiés ? C'est la proposition formulée samedi, sur France Inter, par le député LaREM du Val d'Oise Aurélien Taché. Ce dernier a suggéré l'instauration d'un "crédit d'impôt solidarité" qui permettrait, dans la limite de 1500 euros par an, d'aider les personnes qui hébergent - via des associations - des réfugiés à payer les frais liés à l'accueil. 


Le député issu du PS, auteur d'un rapport sur l'intégration, avait déjà avancé cette proposition en début d'année. Il souhaite faire adopter le principe de ce crédit d'impôt dans le cadre du projet de loi de finances pour 2019. "Je pense que l'affaire de l'accueil et de l'intégration, c'est l'affaire de toute la société", a-t-il justifié sur France Inter.

"Un bon signal"

"L'idée serait de dire que les Français qui hébergent des réfugiés qui ont été protégés par la France, qui ont un titre de séjour, peuvent déduire de leurs impôts jusqu'à 1500 euros pour les frais que cela peut occasionner d'avoir accompli cet acte de solidarité", a-t-il ajouté. "Ce serait un bon signal qu'on enverrait dans des moments un peu troublés", a assuré celui pour qui "l'immigration peut être une chance pour ceux qui viennent comme pour le pays qui accueille".


Aurélien Taché s'était récemment illustré sur un autre sujet social, proposant d'instaurer la dégressivité des indemnités chômage pour les cadres touchant entre 5000 et 6200 euros mensuels. Une mesure qui a retenu l'attention du gouvernement, Edouard Philippe ayant expliqué qu'elle pourrait être envisagée "dans certains cas"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter