Crise au gouvernement : Montebourg assume ses propos

Politique

CACOPHONIE - Invité sur Europe 1 lundi matin, Arnaud Montebourg a expliqué ne pas regretter sa sortie polémique, la veille, sur la politique économique menée par le couple Hollande-Valls. Toutefois, le locataire de Bercy ''ignore'' s'il sera toujours ministre après la crise qu'il vient d'ouvrir.

Arnaud Montebourg ne regrette rien. Au centre de la polémique après avoir sollicité, ce week-end, une ''inflexion majeure de notre politique économique'', prenant ainsi le contre-pied du président de la République et du Premier ministre, le locataire de Bercy est resté droit dans ses bottes, lundi matin, au micro d'Europe 1 . "Je crois que le débat n'est pas un débat d'autorité, c'est un débat d'orientation économique, il faut le mener", a indiqué le ministre de l'Economie.

> Lire : Montebourg veut un changement de cap économique

Accusé par l'entourage de Manuel Valls d'avoir 'franchi la ligne jaune', Arnaud Montebourg se défend, de son côté, d'avoir remis en cause la solidarité gouvernementale, ''puisque les décisions ne sont pas prises''. "Je ne crois pas qu'on puisse réprimander un ministre qui apporte une contribution à la discussion collégiale en y associant les Français", a ajouté celui qui est considéré comme ''le bras gauche'' de François Hollande au gouvernement. Il n'en reste pas moins que sa spectaculaire sortie a ouvert une crise inédite au sein de ce gouvernement. De là à le contraindre à la sortie ? Arnaud Montebourg affirme que la question ne se pose pas, tout en reconnaissant ''ignorer'' s'il sera toujours ministre demain. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter