Critiques de l'islam : la jeune Mila et sa famille placées sous protection policière

Critiques de l'islam : la jeune Mila et sa famille placées sous protection policière
Politique

LAÏCITÉ - Interrogé par le député LR Guillaume Peltier, le ministre de l'Intérieur a confirmé mardi que la jeune Mila, prise pour cible après des propos véhéments sur l'islam via les réseaux sociaux, avait été placé sous protection policière, ainsi que ses proches.

Mila et ses proches sont placées sous la protection de la police. Le ministère de l'Intérieur Christophe Castaner a confirmé, mardi à l'Assemblée nationale, que la jeune fille de 16 ans menacée de mort pour avoir vertement critiqué l'islam sur les réseaux sociaux faisait l'objet de mesures particulières. 

"Mila usait de son droit fondamental à la liberté d'expression et à la possibilité de critiquer une religion. Elle s'est retrouvée menacée pour cela", a indiqué le ministre. "Mila et sa famille font l'objet d'une vigilance particulière pour les protéger de la part de la police nationale."

Lire aussi

"Notre boussole est claire"

Christophe Castaner répondait ainsi au député LR Guillaume Peltier lors des questions au gouvernement. "Il est inacceptable qu'une jeune fille, Mila, soit menacée par les plus fanatiques et abandonnée par les plus lâches", avait interpellé ce dernier. "Aucune religieuse ne doit s'imposer aux lois de la République. La foi ne doit jamais dicter la loi", a-t-il ajouté. 

"Notre boussole est claire, c'est la loi de la République", a répondu Christophe Castaner. "Elle est au cœur de notre pacte républicain", a-t-il ajouté. "La laïcité garantit des droits, elle est au cœur de différents enjeux, celui des libertés individuelles, y compris celle de croire, celui de la liberté d'expression, de la liberté de conscience et de la liberté de culte, mais aussi le respect de l'ordre public. En aucun cas une pratique d'inspiration religieuse ne doit dépasser la loi de la République."

En vidéo

Affaire Mila : "Je n'ai rien fait de mal", se défend l'adolescente

Quinze jours après la publication de sa vidéo, la lycéenne n'a pas pu réintégrer son établissement scolaire. Elle se retrouve sans affectation scolaire, dans l'attente d'une solution du rectorat.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 13.000 cas recensés en 24 heures en France

EN DIRECT - Lutte contre l'islamisme : 3000 contenus supprimés, 1000 sites déréférencés

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

EN DIRECT - Présidentielle américaine : Donald Trump attaque le "désastreux" Dr. Fauci "et tous ces idiots" lors d'un appel avec ses équipes

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent