Cumul des mandats : Estrosi a quand même trouvé un moyen de garder Nice à l'oeil

Politique

POLITIQUE - Christian Estrosi, maire LR de la ville de Nice, va céder sa place à son premier adjoint Philippe Pradal dont il récupérera le poste. Une astuce habile pour rester à la tête de sa ville et conserver son mandat de président de la région Paca.

C’est le jeu des chaises musicales. Christian Estrosi, tenu d’abandonner son mandat de maire de Nice depuis son élection à la présidence de la région Paca en décembre, dans le cadre de la loi qui interdit le cumul de deux mandats exécutifs locaux, a trouvé une astuce pour rester à la tête de sa ville.

Passation de pouvoir, passation des pouvoirs ?

S’il avait souhaité conserver sa fonction en attendant la décision du Conseil d’Etat – qui a finalement rejeté les trois recours déposés par la députée FN du Vaucluse Marion Maréchal - Le Pen, le député socialiste des Bouches-du-Rhône Patrick Mennucci et un particulier – l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy s’est vu forcé de s’exécuter.

Mais plutôt que de démissionner purement et simplement, Estrosi a décidé de céder sa place à son premier adjoint Philippe Pradal et de prendre la sienne. Une passation de pouvoir habile qui devrait avoir lieu "dans quelques jours", a précisé Pierre-Paul Leonelli, adjoint au maire et vice-président de la majorité municipale. Grâce à ce tour de passe-passe, il pourra continuer à régner sur sa majorité, la fonction d’adjoint au maire n’étant pas exécutive et donc cumulable avec son mandat de président de région.

Adjoint, suppléant, président

"J'entends continuer à œuvrer pour ce que j'ai commencé en 2008 (…) continuer à guider l’action politique et les grands projets que j’ai mis en œuvre", a-t-il expliqué au micro de France Bleu Azur ce jeudi matin. "C’est un tandem avec Philippe Pradal qui a toute ma confiance ". 

Le nom du discret Philippe Pradal, expert-comptable de formation, élu depuis 2008 et premier adjoint depuis 2013 en charge de dossiers clefs (finances, travaux, sécurité, transports, stationnement, circulation, voirie, occupation du domaine public), a été proposé lors d'une réunion de la majorité municipale qui l'a validé "à l'unanimité" mercredi 1er juin. En début de semaine déjà, Christian Estrosi avait été élu suppléant de sa successeuse la néo-députée Marine Brenier à l’Assemblée nationale. Plus cumulard au regard de la loi, Christian Estrosi ne reste pas bien loin de ses chers mandats.

EN SAVOIR + 
>> 
Législative partielle dans les Alpes-Maritimes : Marine Brenier succède à Christian Estrosi >> Cinq choses à savoir sur Marine Brenier, la figure montante des Républicains
>> Politique : les jeunes loups ont déjà de puissants réseaux
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter