D'ex-députés LaREM créent "Les nouveaux démocrates" et appellent à l’union de la gauche pour 2022

D'ex-députés LaREM créent "Les nouveaux démocrates" et appellent à l’union de la gauche pour 2022

CREATION - Un nouveau parti baptisé "Les nouveaux démocrates", lancé par d’anciens membres de l’aile gauche de La République en marche, va voir le jour. Ses présidents, auteurs d’une quarantaine de propositions, appellent au rassemblement de la gauche pour 2022.

Les députés Aurélien Taché et Emilie Cariou, élus en 2017 sous la bannière de La République en marche (LaREM) mais qui ont quitté le groupe en mai dernier, vont co-présider un nouveau parti politique baptisé "Les nouveaux démocrates", ont-ils annoncé ce mercredi. Cette formation est l'émanation du mouvement "Nous Demain", lancé en juin et qui se structure autour d'une poignée de parlementaires qui animaient auparavant l'aile gauche de La République en marche. Ils s'étaient d'ailleurs réunis en un éphémère groupe parlementaire, Écologie, démocratie et solidarité, qui n'avait pas survécu à quelques défections. Parmi eux figurent Guillaume Chiche, Delphine Bagarry, Sandrine Josso mais aussi Fiona Lazaar, qui quitte dans le même temps LaREM.

Toute l'info sur

La présidence Macron

Cette dernière, députée du Val d’Oise, estime que LaREM "ne peut pas être dans le tout sécuritaire", alors que la majorité a récemment beaucoup tremblé avec la proposition de loi "Sécurité globale" ou encore le projet de loi "confortant les valeurs de la République". "Nous n’avons rien qui soit à la hauteur sur la mixité sociale, la lutte contre le racisme ou l’égalité des chances", déplore Fiona Lazaar dans les colonnes du Parisien. "Je veux bien être l’aile gauche du parti", mais "pas la caution."

Avec la création de ce nouveau parti, les anciens membres de la majorité souhaitent se positionner à gauche de l’échiquier politique. "Nous nous situons résolument dans le champ de la gauche humaniste, des démocrates convaincus effrayés chaque jour davantage devant les coups de boutoir d'une dérive autoritaire qui ne fera que le jeu des extrêmes, pour l'égalité, la justice sociale et les solidarités", écrivent les fondateurs du parti dans leur manifeste. "Nous souhaitons une société où les droits humains soient, en toute circonstance, vraiment respectés et où chaque puisse trouver sa place et jouer pleinement son rôle."

Appel au rassemblement en vue de 2022

Le parti égrène 40 de ses premières propositions, réparties en dix thèmes, dont la démocratie, les droits des femmes, l’emploi, le logement ou la santé. On y retrouve par exemple le droit de vote à 16 ans, la création d'un "délit de discriminations raciales dans l'emploi", l'allongement du délai de recours à l'IVG, la syndicalisation obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés, la fin "progressive du système de notation" à l'école ou encore la création d'"une allocation universelle de formation de 900 euros dès 18 ans lorsque le jeune étudiant ou en formation professionnelle n'est plus rattaché au foyer fiscal de ses parents".

Lire aussi

"Les nouveaux démocrates", qui revendiquent environ 600 adhérents, lancent également un appel en vue de la présidentielle de 2022 à la gauche, de La France insoumise au Parti socialiste en passant par Europe Ecologie - Les Verts. "La gauche ne manque pas de figures, mais, sans un programme clair, crédible et audacieux, aucune personnalité, même la plus éminente, ne s'imposera", assurent-ils, en invitant les responsables de ces partis à se "saisir" des propositions et à apporter leurs "pierres à l'édifice".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "La troisième vague est loin d'être finie", avertit Jean Castex

VIDÉO - La directrice de la pharmacovigilance danoise s'évanouit en pleine conférence de presse

Avec 100.000 morts du Covid, où la France se situe-t-elle dans le monde ?

100.000 morts du Covid en France : quel est le profil des victimes ?

Déconfinement : les pistes du gouvernement

Lire et commenter