La ministre du Travail Muriel Pénicaud dit avoir subi le harcèlement sexuel au début de sa carrière

Politique

Toute L'info sur

La présidence Macron

SEXISME - Dans une interview au JDD ce dimanche 5 novembre, la ministre du Travail Muriel Pénicaud indique avoir subi le harcèlement au travail au début de sa carrière. Elle souhaite que la législation existante soit mieux appliquée.

Muriel Pénicaud apporte à son tour son témoignage sur les violences sexistes. Dans le cadre d'une interview accordée ce week-end au JDD, la ministre du Travail est questionnée sur sa propre expérience en la matière : "Avez-vous été confrontée au harcèlement sexuel ?" questionnent les journalistes. 

"Oui. Lors de mon premier emploi dans le secteur public, quand j'étais jeune", répond la ministre au JDD, ajoutant : "Tout comme 80% des femmes de mon entourage qui font face au sexisme ordinaire". Muriel Pénicaud était alors administratrice territoriale au début de sa carrière, avant d'avoir rejoint le ministère du Travail au milieu des années 1980.

Il faut que la honte change de camp"- Muriel Pénicaud dans le JDD du 5 novembre 2017

Alors qu'une pétition demande à Emmanuel Macron un plan contre les violences sexuelles, la ministre estime plus largement "qu'on a les lois qu'il faut" en matière de violences sexistes au travail, "mais elles ne sont pas toujours appliquées", puisque "70% des cas ne sont jamais dénoncés". "Ce qui se passe depuis trois semaines, cette prise de conscience, c'est positif", estime-t-elle à propos des suites de l'affaire Weinstein et de la mobilisation #balancetonporc sur les réseaux sociaux. "Il faut que la honte change de camp et que les hommes et les femmes s'engagent. Employeurs et syndicats ont leur responsabilité. J'invite les entreprises à former leurs managers à repérer les comportements de sexisme et de harcèlement, comme je vais m'en assurer dans mon ministère", conclut-elle.

La ministre du Travail signale qu'au sein de son administration, "trois cas" ont été signalés. Selon Muriel Pénicaud, "seuls 2.400 recours pour harcèlement sexuel ont été déposés à l'Inspection du travail ces trois dernières années". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter