Macron met en garde contre "la lèpre nationaliste" et compare l'Europe actuelle à celle des années 1930

Politique
HISTOIRE - A quelques jours du début de son "itinérance mémorielle" consacrée au centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, Emmanuel Macron inaugurait une exposition au Panthéon sur Georges Clemenceau. Le chef de l’Etat a accordé une interview à Ouest France, où il fait de nouveau un parallèle entre l’après-guerre et l’état de l’Europe actuelle.

A sept mois des Européennes, Emmanuel Macron est déjà en ordre de marche mais prépare les commémorations du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale. Du 4 au 10 novembre, le président de la République sera en "itinérance mémorielle", et se rendra notamment dans les lieux qui ont fait l’histoire de cette guerre. Il y entamera ainsi une longue série de visites, et il a commencé cette période par un événement des plus discrets au Panthéon, ce mercredi 31 octobre. 


Emmanuel Macron a en effet inauguré une exposition consacrée à George Clemenceau, un des grands artisans de la victoire en 1918. "C’est pour moi une des grandes figures françaises, un de ceux qui ne se soumet pas", a-t-il d’ailleurs déclaré dans une interview accordée à Ouest France, avant de le qualifier de "petit père de la victoire". 

"L'Europe est face à un risque"

Mais le chef de l’Etat n’a pas évoqué seulement l’Histoire. Dans un discours engagé, il a rappelé combien il était important de rester uni, lien direct à son discours tenu depuis quelques semaines à l’aune des Européennes. Pourfendeur du nationalisme européen, Emmanuel Macron a décidé de se ranger dans le camp des progressistes et compte bien emporter le scrutin grâce à cette animosité qui touche les deux camps. 

Dans Ouest France, il l’assure : "Notre destin se construira à l’échelle de l’Europe", promouvant au passage "une Europe réconciliée plus souveraine et plus multilatérale". Et de préciser ses propos. "L’Europe est face à un risque : celui de se démembrer par la lèpre nationaliste et d’être bousculée par des puissances extérieures. Et donc de perdre sa souveraineté."

En vidéo

Elections européennes : un clip du gouvernement fait polémique

"Comprendre les leçons"

Une hostilité aux politiques de Matteo Salvini et de Viktor Orban qui l’ont obligé à souligner la ressemblance entre le moment "que nous vivons et celui de l’entre-deux guerres". Et d'ajouter : "Dans une Europe qui est divisée par les peurs, le repli nationaliste, les conséquences de la crise économique, on voit presque méthodiquement se réarticuler tout ce qui a rythmé la vie de l’Europe de l’après Première Guerre mondiale à la crise de 1929." 

Alors qu’un forum de la paix se tiendra à Paris du 11 au 13 novembre prochain, Emmanuel Macron ne "veux pas simplement regarder l’histoire", mais en "comprendre les leçons". D’ici là, Emmanuel Macron et son épouse Brigitte ont décidé de prendre du repos à Honfleur, dans le Calvados. Avant de reprendre en main, dès dimanche, son emploi du temps très chargé.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter