"Darmanin sale violeur" : onze personnes interpellées lors de la cérémonie en hommage au père Hamel

"Darmanin sale violeur" : onze personnes interpellées lors de la cérémonie en hommage au père Hamel
Politique

SAINT-ETIENNE-DU-ROUVRAY - Un groupe de manifestants a été interpellé, dimanche 26 juillet, en marge du déplacement du ministre de l'Intérieur, vilipendé lors de sa prise de son hommage au père Hamel, ce prêtre assassiné il y a quatre ans dans son église par deux djihadistes.

Onze personnes ont été interpellées, dimanche 26 juillet à Saint-Etienne-du-Rouvray, où Gérald Darmanin était en déplacement à l'occasion d'une cérémonie en hommage au père Jacques Hamel, ce prêtre de 85 ans assassiné il y a quatre ans dans son église par deux djihadistes. "Quatre sont en garde à vue pour outrage, et toutes les autres sont verbalisées pour manifestation interdite", selon nos informations.

En plein discours, les mots "Darmanin sale violeur" ont été proférés par un ou plusieurs individus. "Même s'il y avait une interdiction de manifester, le secteur était ouvert au public", a indiqué la préfecture, jugeant "qu'il est scandaleux de profiter d'une cérémonie de recueillement" pour commettre ce type de manifestation. Toujours selon nos informations, les personnes qui ont interpellé le ministre sont connues pour leur appartenance à la mouvance des Gilets jaunes et de l'ultra gauche.

Darmanin, cible des féministes

Après cette interruption, lors de sa prise de parole, le ministère de l'Intérieur a rendu hommage au père Hamel "mort sous les coups de la barbarie la plus infâme et la plus aveugle". Son assassinat "n’a pas touché que les chrétiens. Il a touché toute la France en son cœur et en son esprit", a dit le ministre, soulignant que "mettre à mort un prêtre (...) c’est tenter d’assassiner une partie de l’âme nationale".

Lire aussi

Toute l'info sur

Attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray

Depuis sa nomination au ministère de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui fait l'objet d'une plainte pour viol et d'une autre pour trafic d'influence, est la cible régulière d'associations féministes. Dénonçant "la culture du viol en Marche", il y a deux semaines, plusieurs milliers de personnes avaient protesté à Paris et dans plusieurs villes de l'Hexagone pour protester contre sa nomination à la tête de la place Beauvau.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent