De John Wayne à Steven Spielberg, la séquence hollywoodienne de Hollande

De John Wayne à Steven Spielberg, la séquence hollywoodienne de Hollande

DirectLCI
COMMUNICATION - Le déplacement de François Hollande à Washington mardi a été l'occasion d'afficher sa proximité avec Barack Obama mais aussi, au passage, de glaner le soutien du réalisateur star d'Hollywood. Une séquence que l'Elysée a pris soin de diffuser.

"Steven Spielberg donne au président Hollande son sentiment au sujet de sa réaction aux attentats de Paris". La communication peut paraître triviale au vu du sujet, elle émane pourtant bien du compte Twitter de l'Elysée, qui a diffusé ce mercredi matin, vidéo Vine à l'appui, un extrait de la rencontre entre le président de la République et le réalisateur star américain.

Une séquence que le service com' de l'Elysée a pris soin de sous-titrer : "Vous avez réagi tellement rapidement que tout le monde a senti que la situation était sous contrôle". Oh yeah, c'est le réalisateur d'Indiana Jones qui le dit… Une "validation" hollywoodienne qui intervient quelques jours après l'article du quotidien britannique The Guardian surnommant François Hollande rien de moins que "le John Wayne des Champs Elysées". Deux anecdotes qui tombent à point pour achever la "transformation de 'chamallow' en 'chef de guerre'" que notait le quotidien britannique le lundi d'après les attentats du vendredi 13 novembre.

EN SAVOIR + >> Les derniers événements en direct

La rencontre avec Steven Spielberg – dont on avait fait savoir en amont que c'est le réalisateur qui l'avait expressément sollicitée clôturait le déplacement de François Hollande mardi à Washington, où le chef de l'Etat s'est entretenu avec Barack Obama. L'occasion, là aussi, de mettre en scène la proximité des deux chefs de l'Etat. Tout y était : l'Américain a posé sa main sur le bras du Français, les deux se sont donné du "François" et du "Barack" au cours de leurs conférence de presse conjointe, qu'ils ont conclue par un ersatz de câlin qui n'est pas sans rappeler l'image d'Angela Merkel, tête sur l'épaule de François Hollande sur le perron de l'Elysée le 11 janvier dernier. L'image, ça compte, et ce n'est pas Steven Spielberg qui dira le contraire.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter