Primaire à droite : "Un gouvernement de gauche", le lapsus de Copé qui fait rire l’assistance

DirectLCI
LAPSUS - En plein débat sur la primaire à droite, Jean-François Copé a commis une bévue alors qu’il ironisait sur le bilan de ses adversaires. Une scène qui n’a pas manqué de les faire sourire.

Il l’a reconnu lui-même "Moi, je fais mes erreurs de pains au chocolat, mais chacun fait les siennes." A ce moment-là, Jean-François Copé croit bien reprendre la main. En se posant comme "futur président", le sénateur-maire de Meaux défend sa propre vision du gouvernement et juge que la France ne peut plus avoir de "président versatile", référence directe à François Hollande et à ses prédécesseurs.


Mais dans son élan, Jean-François Copé commet à son tour une bévue.

J’assume qu’il faut un gouvernement de choc avec des ministres de gauche…pardon, des ministres de droite.Jean-François Copé

Un écart de langage qui n’a pas manqué de faire sourire l’assistance et en particulier deux autres des candidats. A commencer par Nathalie Kosciusko-Morizet, tout sourire, qui relève "un joli lapsus",  mais aussi par le principal intéressé, Nicolas Sarkozy, qui souligne, lui, un "lapsus révélateur".


Le maire de Meaux a finalement terminé son argumentaire en se prononçant en faveur d’un gouvernement comprenant des ministres de droite et du centre, tout en fustigeant l’ouverture à gauche prônée quelques années auparavant.

Un lapsus qui en a précédé un autre. Ironisant sur la place accordée à François Bayrou dans ce débat, Jean-François Copé s'est aussi emmêlé les pinceaux entre François Bayrou et François Baroin, présent dans le public.

En vidéo

Jean François Copé aimerait bien qu'on arrête de parler de Baroin ... euh pardon Bayrou

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter