Municipales à Paris : qui sont les sept candidats qui débattront mercredi dans "La Grande confrontation", sur LCI ?

Municipales à Paris : qui sont les sept candidats qui débattront mercredi dans "La Grande confrontation", sur LCI ?

GRAND DÉBAT - Les sept principaux candidats aux élections municipales à Paris débattent pour la première fois mercredi soir, à partir de 20h45, dans La Grande confrontation, présentée par David Pujadas sur LCI, en partenariat avec RTL et 20 Minutes. Qui sont ces personnalités ? On (re)fait les présentations.

A onze jours du premier tour des élections municipales, mercredi 4 mars à partir de 20h45, LCI organise le premier débat de la campagne à Paris. Dans "La Grande confrontation", présentée par David Pujadas, les sept principaux candidats à l'élection dans la capitale auront l'occasion de confronter leurs propositions pour ce scrutin crucial. Plusieurs thèmes seront abordés, dont ceux de la propreté, de l'environnement, des mobilités, de la sécurité ou encore du logement. 

Chaque prétendant s'exprimera et tentera de convaincre pour tenter de faire bouger les lignes. L'enjeu est de taille pour les trois candidates qui font la course en tête dans les sondages : selon notre enquête Harris Interactive-Agence Epoka pour LCI/RTL et 20Minutes diffusée mardi, Rachida Dati continue de progresser (25%), devançant Anne Hidalgo (24%) et la LREM Agnès Buzyn (17%). 

Viennent ensuite l'écologiste David Belliard (11%) et le député congédié de LREM Cédric Villani (8%) - tous deux à la peine après avoir flirté avec les 15% -. Enfin, en bas du tableau, l'Insoumise Danielle Simonnet (5%) et le candidat soutenu par le Rassemblement national Serge Federbusch (4%

Lire aussi

Quel est le parcours de sept candidats invités sur le plateau ? Petit tour d'horizon. 

Anne Hidalgo

Avec sa plateforme Paris en commun, la socialiste Anne Hidalgo, 60 ans, est candidate à sa réélection à la mairie de Paris. Elle avait été élue en 2014 face à Nathalie Kosciuko-Morizet (ex-UMP), prenant ainsi la succession de Bertrand Delanoë, élu en  2001, dont elle était la première adjointe à l'urbanisme depuis 2008.

Lire aussi

Fille d'immigrés espagnols andalous arrivés à Lyon en 1961, Anne Hidalgo a été inspectrice du travail, militante à la Ligue des droits de l'homme et syndicaliste à la CFDT. Son parcours politique s'est affirmé dans les années 1990, lorsque cette proche de Martine Aubry a travaillé dans les cabinets ministériels du gouvernement Jospin, avant de rejoindre Bertrand Delanoë dans la capitale. 

À la tête de la mairie de Paris, elle a mené de nombreuses transformations, dont une politique d'urbanisme critiquée par ses alliés écologiques ou à l'inverse la piétonisation de la rive droite de la Seine et une politique active de réduction de la voiture, souvent dénoncée par la droite. Si son bilan divise profondément les Parisiens, les sondages lui prêtent une possible victoire à l'issue du scrutin. 

Rachida Dati

Investie par Les Républicains comme tête de liste parisienne, Rachida Dati, 54 ans, est l'actuelle maire du 7e arrondissement. Un mandat conquis en 2008, auquel elle se consacre pleinement depuis qu'elle a quitté le Parlement européen en juillet 2019. Magistrate de formation, elle est également avocate au barreau de Paris, au sein duquel elle a prêté serment il y a dix ans. La dynamique de sa campagne l'a portée en tête des intentions de vote de premier tour dans les derniers sondages sur le scrutin de 2020.

Lire aussi

Issue d'un milieu populaire, elle a été successivement employée dans l'audit chez Matra communication, à la Berd, puis comme contrôleuse de gestion à la Lyonnaise des Eaux. À la fin des années 1990, elle a été conseillère technique à la direction juridique du ministère de l'Éducation nationale, avant d'être nommée juge au tribunal de grande instance de Péronne (Somme). 

Elle a été directrice adjointe au conseil général des Hauts-de-Seine en charge des marchés publics au milieu des années 2000, avant de devenir la porte-parole de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2007. Proche de l'ancien chef de l'État, elle a été nommée garde des Sceaux sous le gouvernement de François Fillon (2007-2009), mission durant laquelle est a notamment conduit une loi sur la récidive ainsi que la réforme de la carte judiciaire. 

À Paris, elle a menacé de se présenter successivement contre François Fillon aux législatives de 2012, puis aux primaires UMP contre Nathalie Kosciusko-Morizet aux municipales de 2014, avant de se raviser. Elle a été députée européenne de 2009 à 2019. 

Agnès Buzyn

La candidate LaREM a été investie par son parti à un mois des élections municipales, après le retrait de Benjamin Griveaux victime de la publication de vidéos touchant à sa vie privée. À 57 ans, elle est essentiellement connue des Français pour avoir été la ministre de la Santé d'Emmanuel Macron depuis 2017. 

Avant de quitter le gouvernement, elle était dans le cœur de réacteur de l'exécutif, chargée de copiloter la délicate réforme des retraites, de faire face à la crise des urgences, mais aussi de préparer le pays à la possible épidémie de coronavirus Covid-19, mission désormais confiée à son successeur Olivier Véran. Au début du quinquennat, elle s'est également illustrée en étendant le champ de l'obligation vaccinale pour les enfants. 

Lire aussi

Avant d'entrer en politique, Agnès Buzyn, médecin hématologue et professeur des universités, a notamment été responsable de l'unité de soins intensifs d'hématologie à l'université Paris-Descartes-hôpital Necker. Elle a en outre occupé des fonctions dans plusieurs organismes publics, dont l'Agence de la biomédecine, l'Établissement français du sang, l'Institut national du cancer et la Haute autorité de santé. 

Cédric Villani

Avant d'être élu en 2017 député LaREM de l'Essonne et de se lancer en politique, puis, durant l'été, de devenir le candidat dissident de la majorité pour les municipales à Paris, Cédric Villani était connu comme un mathématicien de renommée internationale, agrégé, professeur des universités, directeur de l'Institut Henri-Poincarré et lauréat 2010 de la médaille Fields, la plus haute distinction dans son domaine de recherche. Personnalité médiatique au look extravagant, il a profité de sa notoriété pour populariser un domaine qui reste peu connu du grand public. 

Cédric Villani s'était illustré en 2014 en président le comité de soutien d'Anne Hidalgo, dont il critique aujourd'hui le bilan. En 2017, il avait expliqué son soutien à Emmanuel Macron parce qu'il voyait en ce dernier "le candidat de la réconciliation", susceptible de réaliser deux évolutions politiques dont il rêvait, "l'émergence d'un vrai centre indépendant et le ravivement par la France de l'idéal européen". 

Lire aussi

Emancipé de LaREM, dont il a été suspendu en raison de sa candidature dans la capitale, Cédric Villani mène une campagne en partie centrée sur la lutte contre le réchauffement climatique. Certains écologistes, dont la tête de liste Europe Écologie-Les Verts (EELV) David Belliard, prônent d'ailleurs une "coalition climat" avec le mathématicien en vue des municipales. 

David Belliard

Journaliste de formation, le conseiller de Paris David Belliard, 41 ans, a été investi par les adhérents d'EEELV face à Julien Bayou, à l'été 2019, pour conduire les écologistes aux municipales à Paris. Incarnant une aile modérée d'EELV, il prône notamment une "coalition climat" rassemblant un large spectre politique allant de La France insoumise à Cédric Villani. 

Issu de milieu populaire, et ayant grandi en province, il a étudié le commerce à l'Edhec Lille avant de travailler au sein de la rédaction d'Alternatives économiques. Engagé dans le monde associatif, il a été le directeur général adjoint de l'association de lutte contre le sida Sidaction en 2008, après en avoir été le directeur financier durant plusieurs années.

Lire aussi

Militant écologiste dès le début des années 2000, il a participé à la campagne des européennes en 2009, marquée par un score historique pour EELV, avant d'être élu conseiller de Paris, en 2014, dans le 11e arrondissement. 

Danielle Simonnet

Tête de liste d'une plateforme baptisée "Décidons Paris", la conseillère de Paris Danielle Simonnet, 48 ans, est une oratrice nationale - comprenez porte-parole - de La France insoumise, et proche de Jean-Luc Mélenchon. Elle a été élue au Conseil de Paris en 2008, dans le 20e arrondissement, et réélue en 2014. 

Lire aussi

Cette conseillère d'orientation psychologue de formation a d'abord été militante au sein du PS avant de rejoindre la formation de Jean-Luc Mélenchon à la fin des années 2000. Successivement candidate aux régionales (2010), aux législatives (2012 et 2017) et aux municipales (2014) sous l'égide du Parti de gauche, elle s'est illustrée notamment par sa façon de faire campagne et de militer (criées dans le métro, one-woman-show) pour faire connaître ses idées et ses combats, notamment contre "l'ubérisation" de la capitale. 

À la différence du PCF parisien, elle a refusé de faire alliance avec la majorité socialiste d'Anne Hidalgo, dont elle dénonce le bilan. 

Serge Federbusch

Tête de liste d'une formation baptisée "Aimer Paris", Serge Federbusch, 59 ans, est le candidat soutenu par le Rassemblement national à Paris, une formation politique à laquelle il n'a pas adhéré. Diplômé de l'IEP Paris et de l'Ena, il a tour à tour milité au PS, auprès du mouvement social-libéral La Gauche moderne, puis au Parti des libertés. Ce libéral convaincu a également figuré sur les listes UMP aux élections municipales de 2008. 

Lire aussi

Magistrat administratif de formation, Serge Federbusch a été conseiller ministériel dans les années 1990, puis conseiller de Bertrand Delanoë, en charge de l'urbanisme, au début des années 2000. En désaccord sur les choix de l'ancien maire socialiste, notamment au sujet de réaménagement des Halles, il a été écarté de ses fonctions. Il s'est employé par la suite à dénoncer avec virulence l'action de Bertrand Delanoë, ayant notamment créé, dans ce but, le site Delanopolis. 

Sous le mandat d'Anne Hidalgo, il a poursuivi sa dénonciation de la majorité socialiste, se rapprochant peu à peu de la droite conservatrice et du Rassemblement national. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Donald Trump gracie Steve Bannon quelques heures avant de quitter la Maison-Blanche

EN DIRECT - Covid : l'Allemagne durcit et prolonge ses restrictions jusqu'à mi-février

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

La vitamine D protège-t-elle du Covid-19 ?

Lire et commenter