Qui est Anne Gravoin, la très discrète femme de Manuel Valls ?

EN ROUTE POUR L'ELYSEE - Lorsque Manuel Valls avait été nommé à Matignon, certains regards s’étaient tournés vers sa femme, la très discrète Anne Gravoin. Et la donne n'a pas changé depuis l'annonce de la candidature de son mari à la présidentielle de 2017. Qui est donc cette violoniste passionnée qui partage la vie de l'ancien Premier ministre ?

Avec un début de campagne difficile pour son mari, la vie d'Anne Gravoin a pu connaître quelques bouleversements, dans les mois à venir. Discrète parfois à l'excès, le parcours et le profil de cette indépendante détonne dans le milieu politique. Artiste, violoniste célèbre et respectée, elle se plaît à répéter au cours de rares interviews qu’elle tient à son indépendance plus que tout. Même si elle est la compagne d'un homme politique qui est le "grand amour de [sa] vie". 

Une carrière de violoniste qu'elle ne doit qu'à elle-même

Fille d'un violoniste et passionnée de musique depuis sa plus tendre enfance, il y a une chose qu'Anne Gravoin savait déjà enfant : qu'elle allait jouer du violon classique et en faire son métier. Adolescente, elle entre au Conservatoire Supérieur de Musique de Paris et en ressort auréolée du premier prix de violon et de musique de chambre. De rencontres en collaborations, Anne Gravoin navigue entre le conformisme du classique et la variété française avec Aznavour ou Laurent Voulzy. 


C'est au cours des années 80 que le couple se rencontre. Un flirt sans avenir, alors qu'ils sont étudiants. Lorsqu'ils se recroisent trente ans plus tard, c'est une alchimie toute différente qui lie le couple : "Quand je l’ai revue…Le coup de foudre ! Je suis tombé amou­reux d’elle, depuis on ne s’est plus quit­tés", confiait presque ému, Manuel Valls à Michel Drucker en 2010. 


En 2010, Manuel Valls et Anne Gravoin scellent leur amour à la mairie mais pas question pour elle de prendre le nom de son conjoint. Elle conserve son nom, preuve d'une indépendance que l'on dit "à toutes épreuves". D'une précédente histoire, elle donnera naissance à Juliette, en 1992. Avec Manuel Valls, ils sont à la tête d'une famille recomposée de cinq enfants.

En vidéo

Valls au Japon avec son épouse, Anne Gravoin

"C’est chacun son rythme, chacun sa vie"

Prise par ses occupations professionnelles, elle n'avait pas assisté à la cérémonie d'installation de son mari à Beauveau : "j'avais un concert avec Johnny Hallyday", avait-elle précisé dans les colonnes du Parisien. Beauveau ? Elle n'y mettra quasiment jamais les pieds, préférant la tranquilité de son quartier parisien, "pour vivre au rythme de ses concerts". "Je ne me verrais pas répéter au sous-sol alors que mon mari reçoit les services secrets au-dessus", racontait-elle au quotidien en 2012. Lorsque Manuel Valls a été nommé à Matignon, rien n'a bougé non plus. Elle a eu beau devenir la deuxième dame de France, elle a poursuivi sa route, cultivant avec la même envie cette indépendance et cette discrétion peu commune. Ses amis ne la voyait "pas mettre sa vie professionnelle entre parenthèses. C'est avant tout une artiste", estimait alors dans Le Figaro Tristan Duval, producteur des Opéras en plein air, qui travaille parfois avec elle. L'avenir ne les as pas contredit. 


 Anne Gravoin a continué ses concerts et ses tournées avec l'Alma Chamber Quartet, orchestre dont elle est la directrice artistique. Forcés de faire avec des emplois du temps surchargés, l'homme politique et la violoniste "se manquent terriblement et c'est peut-être ce qu'il y a de mieux pour un couple (...) C’est chacun son rythme, chacun sa vie", confiait-elle à Paris-Match en 2012. Et si l'idée de servir de simple "accompagnante" à son mari ne lui plaisait guère, Anne Gravoin s'est pourtant accomodée des us et coutumes politiques, accompagnant parfois Manuel Valls en déplacement. En 2012, elle déclarait qu'assister au défilé du 14 juillet ne la faisait "pas sauter de joie". "Serrer des mains à des gens qui me poussent pour approcher mon mari, ce serait ça mon quotidien ?!", s'interrogeait-elle alors. Reste que ce quotidien pourrait prendre une direction qui ne lui convient guère, dans les prochaines semaines, lorsque la campagne pour la présidentielle sera officiellement lancée. 

Une femme de réseaux

Mais Anne Gravoin n'est pas qu'une musicienne , elle est aussi un guide politique pour son mari. "Ces derniers mois, elle n'a sans doute pas freiné les ambitions du nouveau Premier ministre", confiait à l'époque de l'entrée de Manuel Valls, à Matignon, une connaissance au Figaro . Fière de la réussite de son époux, Anne Gravoin estimait alors qu'elle n'y est pas étrangère. Si Manuel Valls avait pu récupérer les clés de la place Beauvau, il le lui devait, lisait-on. Le Canard Enchaîné rapportait même qu'en privé, l'épouse du Premier ministre confiait qu'"elle a beaucoup fait pour la carrière de son mari (…) en se rapprochant de la compagne de François Hollande", Valérie Trierweiler. 


Avant la rupture présidentielle, Anne Gravoin aurait même régulièrement accompagné la Première dame "pour choisir ses robes et tenues dans les magasins à la mode de la capitale". Un réseautage plus ou moins discret qui serait allé au-delà des conseils "mode" et qui aurait permis à Manuel Valls de voir les portes du Tout-Paris "culturel" s'ouvrir à lui. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

2017 : la bataille de la gauche

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter