Déchéance de nationalité ou indignité nationale : la majorité à la recherche d'un compromis

DirectLCI
Annoncé par François Hollande à Versailles, trois jours après les attentats du 13 novembre, la déchéance de nationalité ne fait pas consensus au sein de la majorité. Plusieurs voix s'élèvent à gauche, à l'instar de Benoît Hamon, et réclament la mise en place d'une indignité nationale. Les individus concernés perdraient des droits et des libertés.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter