Le couvre-feu aura-t-il lieu ? Les pistes de l'exécutif pour le 15 décembre face au risque de rebond

La France sera-t-elle prête pour le déconfinement annoncé le 15 décembre ? Les derniers chiffres de l'épidémie font naître des doutes chez les scientifiques et au sein du gouvernement. Avec plus de 10.000 contaminations quotidiennes constatées, l'objectif fixé par Emmanuel Macron ne pourra être atteint. Plusieurs mesures sont donc envisagées par le gouvernement...

CHANGEMENT DE SCENARIO - Face à la diminution trop faible des contaminations, le scénario d'un déconfinement à partir du 15 décembre est désormais remis en question. L'exécutif explore plusieurs pistes alternatives.

Le gouvernement espérait laisser les Français souffler un peu avant les fêtes de Noël. Il va peut-être devoir, à nouveau, endosser son costume de Père Fouettard. L'évolution de l'épidémie en France, avec un maintien à un niveau trop élevé du rythme des contaminations, rend l'objectif des 5000 nouveaux cas par jour, condition fixée par Emmanuel Macron pour le déconfinement au 15 décembre, presque inatteignable. 

Surtout, l'exécutif s'inquiète désormais d'un "risque élevé de rebond de l'épidémie", selon les termes employés lundi 7 décembre par le directeur général de la santé Jérôme Salomon, à l'occasion d'une conférence de presse en forme de douche froide. Conséquence du froid ou relâchement des comportements ? Les causes du léger regain épidémique ne seront connues que dans les prochains jours, mais les autorités sanitaires doivent se préparer à agir, à une semaine de l'échéance. 

Toute l'info sur

La France à l'épreuve des variants du Covid-19

Les dernières actualités sur la pandémie

Lire aussi

Des déplacements plus limités que prévu ?

Alors qu'Olivier Véran est l'invité mardi soir de "La Grande confrontation", à 20h45 sur LCI, et qu'un nouveau conseil de défense  est prévu mercredi matin, avant la conférence de presse de jeudi animée par Jean Castex, l'exécutif doit "préparer les esprits au fait que les mesures prévues pour le palier du 15 décembre sont difficiles à mettre en œuvre", signale une source gouvernementale à LCI. 

Ce qui est prévu, à savoir la suppression des attestations dérogatoires et l'instauration d'un couvre-feu à 21h, peut-il être remis en cause ? L'heure est à un "appel à l'extrême vigilance", notamment à l'approche des fêtes de fin d'année qui inquiètent les épidémiologistes. Les autorités délivreront cette semaine un message de "responsabilité", confirme une autre source gouvernementale. 

Parmi les options qui seront mises sur la table, sans avoir été actées : un maintien des attestations de déplacement, ou un couvre-feu encore plus restrictif que celui qui est prévu, par exemple dès 17h. 

Une autre étape prévue au 15 décembre pourrait faire les frais de cette évolution. Les cinémas et les salles de spectacle, qui pourraient en principe rouvrir enfin leurs portes à cette date moyennant un protocole particulièrement exigeant, pourraient faire l'objet "d'arbitrages difficiles". Encore une fois, rien n'est acté. "Cela peut changer. À chaque fois, on s'adapte en fonction de la situation sanitaire", explique la source gouvernementale. Pour l'heure, l'idée que les Français puissent se retrouver en famille le soir du réveillon n'est pas remise en question. En revanche, une autre piste est avancée, qui consisterait à imposer un couvre-feu au soir du 31 décembre. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - La vaccination des soignants est "une exigence éthique", selon l'Ordre des médecins

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Lire et commenter