24.000 cyber-attaques ont été déjouées en 2016, selon Le Drian

Politique

SÉCURITÉ - Dans une interview au "Journal du Dimanche", Jean-Yves Le Drian met en garde contre le risque accru de cyber-attaques en France. Mais le ministre assure que le pays y est bien préparé.

"Les tentatives d'agression informatique sur mon ministère doublent chaque année." Jean-Yves Le Drian, ne cache pas l'ampleur de la menace. Dans une interview au JDD de ce dimanche 8 janvier, le ministre de la Défense explique que la France n'est pas à l'abri d'une cyber-attaque. "Il ne faut pas être naïf", martelle-t-il.

Depuis que je suis à mon poste et notamment depuis trois ans, la menace cybernétique est devenue majeure y compris sur nos propres outils militaires. En 2016, 24.000 attaques externes ont été bloquées par nos dispositifs de sécurité.- Jean-Yves Le Drian

Et Jean-Yves Le Drian d'entrer dans plus de détails : "Tentatives d'atteinte à l'image du ministère, attaques menées à des fins stratégiques (harcèlement, repérage, espionnage) et même tentatives de perturbation de nos systèmes de drones". Telle est la menace. Mais le ministre l'assure : "Aucune attaque sur le ministère de la Défense n'est parvenue à ses fins".

Pour autant, Le Drian reste très prudent : "Le risque sur les infrastructures civiles, étatiques ou d'importance vitale (dans le secteur de l'eau, de l'électricité, de la santé, des communications ou des transports) est réel. Tout comme le risque qui pèse sur la vie démocratique et les médias." Il rappelle l'attaque contre TV5 Monde en 2015 et assure que la France a "changé d'échelle, pour ne pas se faire déborder".

Lire aussi

Piratage russe contre Clinton : "Une ingérence insupportable"

Revenant sur l'affirmation des Etats-Unis, comme quoi la Russie serait à l'origine du piratage contre le Parti démocrate pendant la campagne présidentielle, Jean-Yves Le Drian est formel : "S'il y a eu une action pour ­influencer ou manipuler l'élection présidentielle américaine, c'est un événement grave. Si elle a été menée par un État, c'est une ingérence insupportable." Le ministre de la Défense qualifie cette cyber-attaque d'atteinte "aux fondements démocratiques", à la "souveraineté" américaine.

Et pour que la même situation ne se produise pas en France, Le Drian explique avoir réuni les principaux partis français en octobre pour leur inculquer les fondamentaux de "l'hygiène informatique". "Il faut partir du principe que chaque e-mail envoyé peut-être piraté et donc rendu public à des fins de déstabilisation", affirme le ministre.

Voir aussi

En vidéo

La cyberguerre, le futur de l'affrontement des nations ?

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter