Dégressivité des allocations chômage des cadres : "aucun tabou" du côté de la majorité

Dégressivité des allocations chômage des cadres : "aucun tabou" du côté de la majorité

AVIS - Alors que les partenaires sociaux vont ouvrir les négociations sur la réforme de l'assurance chômage, la République en marche assure par la voie de son porte-parole n’avoir "aucun tabou" au sujet de la possible dégressivité des allocations pour les hauts salaires.

La possible dégressivité des allocations chômage pour les hauts salaires évoquée par Edouard Philippe est une piste parmi d'autres, indique ce vendredi La République en marche, au moment où les partenaires sociaux vont rouvrir les négociations. Jeudi, sur France 2, le Premier ministre avait déclaré que "dans certains cas", cette dégressivité pouvait être "envisagée", et pouvait "avoir du sens" pour "ceux qui ont des salaires très élevés".

Lire aussi

Il faut "qu'on n'ait aucun tabou sur le sujet", "à partir du moment où c'est efficace", a ainsi estimé le porte-parole de LREM Gabriel Attal sur Cnews. Cette dégressivité "est une piste, il y en a d'autres, il y a aussi la question de la durée d'indemnisation, la question des droits rechargeables", a-t-il énuméré. "Les partenaires sociaux sont en train de regarder, on leur a donné une lettre de cadrage (...) On leur donne les possibilités, on ne leur donne pas de préférence."

En vidéo

Assurance chômage : la dégressivité est "une ligne rouge" pour la CFDT

"C'est une discussion entre les partenaires sociaux", a abondé le délégué général de LaREM, Christophe Castaner, sur Europe 1. Quant à savoir si une telle mesure ne risquerait pas d'être critiquée par l'électorat des cadres, le chef de file du parti majoritaire a rétorqué qu'"on peut ne rien faire, faire comme avant, et penser que tout va bien, et voir le chômage continuer à monter". Et d'ajouter : "Dans certaines situations, vous bloquez les gens, y compris avec une certaine non-pérennité professionnelle, dans une situation de non-emploi. Il nous faut les sortir de cela." 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "Nous devrions être ce soir à 12 millions d'injections, deux millions de plus" que prévu, affirme Jean Castex

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

Lire et commenter