Délit d'entrave à l'IVG : "Je suis un accident qui se vit bien", déclare Marion Maréchal-Le Pen

DirectLCI
ATTAQUES – La député frontiste Marion Maréchal-Le Pen s’en est vivement pris ce jeudi, en séance à l’Assemblée, aux élus socialistes, ainsi qu’à la ministre Laurence Rossignol, lors de l’examen d’un texte sur la pénalisation des sites de "désinformation" sur l’IVG.

Dans l’hémicycle ce jeudi, Marion Maréchal-Le Pen s’en est vivement pris à des élus socialistes sur le thème de l’avortement. La députée FN du Vaucluse n’a pas hésité à se prendre comme exemple pour attaquer directement la présidente de la commission des Affaires sociales Catherine Lemorton (PS) sur fond d’examen d’une proposition de loi socialiste visant  à pénaliser les sites de "désinformation" sur l’Interruption volontaire de grossesse (IVG). 


Ce texte, de retour à l’Assemblée après un premier vote au Sénat, qui prévoit d'étendre le délit d'entrave à l'interruption volontaire de grossesse à tout moyen, notamment au numérique, suscite une levée de boucliers de la part de la droite et le mouvement "pro-vie". 

"Ce dernier est un accident"

En séance, Marion Maréchal-Le Pen, qui a récemment suggéré de limiter le remboursement de l’IVG, s’en est pris à Catherine Lemorton suite aux propos de cette dernière qui avait notamment évoqué le cas des enfants pouvant entendre par exemple de leurs parents : "ce dernier est un accident". "Ne vous en déplaise, a lancé l’élue FN, - et je me permets cette impudeur parce qu'elle est de notoriété publique - vous avez devant vous un accident qui se vit bien".


"Serait-il possible de m'éclairer quand vous expliquez qu'un enfant souffre que des parents puissent parler de lui comme d'un accident ? Que suggérez-vous ? Qu'il eût mieux valu qu'il fut avorté ?", a ajouté Marion Maréchal-Le Pen, fille biologique du journaliste et diplomate français Roger Auque, mais élevée par Samuel Maréchal.

"Vous êtes la honte du combat des femmes"

Et la nièce de Marine Le Pen, pour qui "beaucoup de femmes avortent pour des raisons économiques", ne s’est pas arrêtée là. Cette dernière a qualifié les députées de la majorité de "féministes ringardes" et "dinosaures politiques d'un temps soixante-huitard révolu", provoquant de vives réactions sur les bancs de la majorité. 


La députée du Vaucluse a également vivement attaqué la ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol. "Vous êtes la honte du combat des femmes, obsédée par la couleur du cartable, le sexisme de la grammaire, le jouet rose des Kinder, la répartition du temps de vaisselle dans le couple", a-t-elle ainsi lancé à la ministre. 

En vidéo

Après le coup de gueule de Marion Maréchal-Le Pen à l'Assemblée, Florian Philippot vole à son secours

En vidéo

Dissensions au FN sur la question de l'IVG : qui veut quoi ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter