Edouard Philippe, chef du gouvernement et ministre par intérim : quels sont les (rares) précédents ?

Politique
DOUBLE CASQUETTE - La passation de pouvoir entre l'ex ministre de l'Intérieur et le Premier ministre, qui assure l'intérim, a eu lieu ce mercredi matin. En attendant de trouver un successeur à Gérard Collomb, le chef du gouvernement aura donc deux mandats. Un cumul rare mais qui n'est pas le premier dans l'histoire de la Ve République.

Premier ministre et à la fois ministre de l'Intérieur par intérim, le cas de figure n'a rien de banal. Après la passation de pouvoir ce mercredi 3 octobre entre Edouard Philippe et Gérard Collomb, qui a quitté son poste pour retourner dans sa chère ville de Lyon, le chef du gouvernement se retrouve officiellement muni d'une double casquette inédite en attendant de trouver un successeur au démissionnaire. 

Sans précédent place Beauvau, cette situation de cumul s'est cependant déjà présentée à plusieurs reprises dans l'histoire de la Ve République. LCI vous rafraîchit la mémoire... 

  • 1Michel Debré à l'Education nationale

    La vieille de Noël 1959, le ministre de l’Education Nationale, André Boulloche, démissionne. Une décision qui fait suite à un différend à propos des aides de l’Etat à l’école privée. Seul socialiste du gouvernement, il avait dû faire face à des délibérations tendues en conseil des ministres. Le 23 décembre c’est donc Michel Debré, Premier ministre de Charles de Gaulle, qui prend la tête du ministère par intérim. Il y restera jusqu’au 15 janvier 1960, date à laquelle il sera remplacé par son ex-secrétaire d’Etat, Louis Joxe.

  • 2Raymond Barre à l'Économie et aux Finances

    Le 25 août 1976, Jacques Chirac quitte le gouvernement. Alors Premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing, il explique être en désaccord avec le projet d’élection du Parlement européen. Il dira, lors d’une conférence de presse à l’Hôtel Matignon : "Je ne dispose pas des moyens que j’estime nécessaires pour assumer efficacement les fonctions de Premier ministre et, dans ces conditions, j’ai décidé d’y mettre fin." Raymond Barre lui succède, après le remaniement du 27 août, et hérite également du poste de ministre de l'Économie et des Finances avec pour objectif de faire reculer l’inflation. Une fonction qu'il occupera jusqu'en mars 1978.

  • 3Pierre Bérégovoy à la Défense

    Contrairement à ses prédécesseurs, Pierre Joxe ne démissionne pas à cause d’un contentieux mais pour accéder à un nouveau poste. Nommé président de la Cour des comptes lors d’un conseil des ministres, il quitte le ministère de la Défense le 10 mars 1993 avec l’accord du président de l’époque, François Mitterand. C’est donc le Premier ministre Pierre Bérégovoy qui le remplace par intérim pendant 20 jours, jusqu’à ce qu’il soit écarté du gouvernement après la victoire de l’opposition de droite aux législatives.

  • 4François Fillon à l'Écologie

    Encore une fois, ce n’est pas un litige qui pousse un ministre à sortir du gouvernement : le 18 février 2012, Nathalie Kosciusko-Morizet est nommée porte-parole de campagne du candidat Nicolas Sarkozy. La ministre de l'écologie quitte alors ses fonctions. Le 22 février 2012 c’est donc sans surprise François Fillon, Premier ministre, qui est chargé d’exercer ce mandant par intérim. Il en aura la responsabilité jusqu’au 10 mai, quelques jours après la défaite de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Gérard Collomb, le ministre qui a forcé sa démission

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter