Départementales 2015 : la drôle de défense d'une candidate FN aux tweets sulfureux

Politique

ÉLECTIONS - Chantal Clamer, candidate aux départementales dans l'Ariège avec le soutien du Front national, a tenu sur Twitter des propos controversés, aujourd'hui dénoncés par ses opposants.

Quelle sera la réaction du Front national après l'exhumation de tweets islamophobes et homophobes postés sur le compte Twitter de Chantal Clamer , candidate dans l’Ariège aux prochaines élections départementales avec le soutien du parti de Marine Le Pen ? Des messages anciens - certains remontent à 2014, d’autres à 2011 - et dénoncés en fin de semaine dernière par la gauche et l'extrême gauche locale.

A LIRE AUSSI >>  Appel au "suicide des musulmans" : la candidat FN plaide l'humour

Que contiennent les tweets ? Des comparaisons islamophobes où "l'Islam et les 'mahometans'" sont présentés comme la "peste bubonique du 21e siècle" ou encore des propos homophobes où les lesbiennes sont présentées comme "des sales gouines". Des messages que la candidate a reconnu avoir postés, enfin presque.

Des explications étonnantes

Contactée par  la Dépêche du midi , celle-ci explique que le tweet concernant les lesbiennes "a été posté depuis mon téléphone par des jeunes qui étaient venus passer l'après-midi chez moi". Auprès de metronews, la candidate également conseillère municipale de La Tour du Crieu , où elle siège sur les bancs de l’opposition, donne une version identique. Elle assure ne pas adhérer à ces propos et se défend d’être homophobe avec l’argument suivant : "J’ai des amis homosexuels que je reçois en duo, chez moi, sans problème."

A LIRE AUSSI >>  Elections départementales : le FN donné en tête avec 30% des voix

Elle déroule ensuite l'explication à propos de son tweet controversé sur l’Islam : "C'est une réaction émotionnelle après avoir vu, sur Twitter, la vidéo d'une jeune femme traînée dans la rue à moitié décapitée devant une foule hilare [...] Il aurait fallu écrire 'islam radical' ou 'islamisme', que le monde entier combat aujourd’hui". Un raccourci qu’elle impute à Twitter : "Le nombre de caractères est limité, j’ai voulu faire trop court". Là encore, elle se défend de toute islamophobie sur un air connu : "J’ai des amis musulmans" assure-t-elle.

Autre message exhumé : un commentaire signé du nom de Chantal Clamer, publié en 2011 sur le site les4vérités.com , un site proche de l’extrême droite, où est écrit : "Qui voudrait habiter à côté des musulmans, Vous ? Moi, non merci". Au téléphone, l'élue locale assure ne pas voir de quoi il s’agit, puis évoque son ordinateur "laissé ouvert au 2e étage d’une maison d’hôte" (sic) avant de préciser que "7h du matin [heure à laquelle le commentaire a été publié, ndlr] ce n’est pas du tout son heure." Une précision qui n’avait jusque-là pas été apportée dans la conversation... Interrogée sur ce détail, Chantal Clamer coupe court au sujet et se pose en victime : "Je sais que c’est la mode de salir les gens."

Disparition de Twitter

Son compte Twitter est aujourd’hui fermé, ce que Chantal Clamer assure avoir fait il y a déjà presque un an suite à la publication de son message sur "l'Islam et les 'mahometans'". "J’ai reçu des messages de mort, assure-t-elle. Des menaces issues, selon elle, "de jeunes qui sont probablement devenus des djihadistes aujourd’hui".

Contacté par ariegenews.com , site local d’information, le numéro deux du FN, Louis Aliot, "condamne bien sûr ces propos inacceptables" et souligne "le piège du Front de Gauche qui attend que les candidatures soient publiées pour lancer ce genre de choses." Et de préciser que "si on avait eu connaissance de ces déclarations, nous ne l’aurions pas investie, c’est évident". Précisons qu'en Ariège, la section départementale du Front national est gérée par la propre mère  du compagnon de Marine Le Pen.

Avant de raccrocher, Chantal Clamer tient, elle, à dérouler le traditionnel discours anti-média du parti : "Bon voilà, je vous ai tout dit. J'espère que vous chargerez pas trop la mule. Vous voulez m’assassiner, hein ? Vous êtes comme tous les journalistes, ou presque, un peu gauchiste, non ? C’est ce qui vous plaît, vous, de monter en épingler les petits sujets, ça fait vendre. On connaît la musique."

A LIRE AUSSI
>> Appel au suicide des musulmans sur Facebook : le candidat FN de Narbonne plaide "l'humour"
>>  Départementales : le FN accusé de candidature forcée en Saône-et-Loire
>> Départementales : un candidat FN condamné à de la prison ferme

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter