VIDÉO - Dernier débat de la primaire : Juppé outragé, Fillon "caricaturé" mais Juppé revigoré

Politique
TEMPS FORTS - François Fillon et Alain Juppé se sont affrontés ce jeudi soir lors d'un dernier débat. D'abord favori des sondages, le maire de Bordeaux s'est présenté dans une posture fragile sur le plateau. L'occasion pour lui, dans un ultime effort, de tenter de se faire remarquer.

Le dernier débat de la primaire de la droite et du centre a pris acte ce jeudi soir. Alain Juppé et François Fillon sont entrés en scène à 20h50 face à Gilles Bouleau, David Pujadas et Alexandra Bensaïd. Au top départ, les deux candidats ont défendu dans cet ultime face à face leurs idées et leurs points de vue sur des sujets de fond. Le maire de Bordeaux, qui totalisait à son arrivée sur le plateau 16 points de moins dans les sondages que son adversaire, a joué sur la l'offensive. François Fillon, plus sûr de lui, a adopté la position défensive. La rédaction de LCI.fr vous propose un petit récapitulatif de ce combat de coqs.

1. Juppé outragé

Le maire de Bordeaux a attaqué fort en rappelant la façon dont les réseaux d'extrême-droite l'avaient surnommé "Ali Juppé", étant accusé à la fois d'être salafiste et antisémite. L'occasion d'un petit taquet à son adversaire : "Je n'ai jamais entendu un seul de tes lieutenants condamner cette campagne ignominieuse." Réponse bien sentie de ce dernier : "Faut pas exagérer : quand je me fais traiter d'homophobe tous les matins, je ne t'ai pas entendu assurer ma défense. Chacun est grand et s'occupe de ses affaires".

Lire aussi

2. Fillon caricaturé

L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a répété plusieurs fois qu'il s'était senti "caricaturé". A propos de ce qu'il voulait faire sur l'avortement (rien), sa volonté de briser les 35 heures qui pourrait conduire à travailler jusqu'à 48 heures par semaine ou de baisser l'impôt sur le revenu des ménages (exception faite des 10% les plus riches). Caricature ? Sur l'IVG, sans être un grand féministe, François FIllon n'entend pas revenir dessus. Sur les 35 heures, il ne veut plus que la loi régisse le temps de travail, laissant ouverte, donc, la possibilité de travailler jusqu'à 48 heures par semaine (le maximum autorisé par l'UE). Quant aux baisses d'impôts, c'est surtout la suppression de l'impôt sur la fortune qu'il faut retenir.

Lire aussi

3. Juppé revigoré

Acculé, le maire de Bordeaux a attaqué François Fillon sur sa volonté de faire travailler les fonctionnaires 39 heures payées 37 : "Ce n'est pas juste". Pas de quoi faire trembler son adversaire. Autre angle d'attaque choisi par "le meilleur d'entre nous" : les programmes scolaires. Face aux nombreuses intox de François Fillon sur la disparition de "pans entiers de l'Histoire de France dans les programmes", il s'en tient à un très simple : "Il faut enseigner l'Histoire".

Lire aussi

En vidéo

JT 13H - Débat Fillon -Juppé : "Un bon esprit"

En vidéo

JT 13H - Débat Fillon-Juppé : avec les soutiens des deux candidats à Strasbourg

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter