Derrière la vague de démissions au FN, des accusations d'autoritarisme et d'inaction

DirectLCI
HÉMORRAGIE - Plus d'un quart des conseillers municipaux FN ont démissionné depuis leurs élection en 2014. À Marseille, des élus frontistes reprochent au maire d'arrondissement Stéphane Ravier une gestion jugée trop autoritaire et l'accusent d'inaction.

Depuis les élections municipales de 2014 qui ont vu dans de nombreuses villes une victoire du Front national, plus d'un quart des conseillers municipaux ont démissionné. Sur 1500 élus, environ 400 ont jeté l'éponge, soit 28%. 


Favori de la plupart des sondages d'opinion pour le premier tour de la prochaine élection présidentielle, le Front national compte faire campagne grâce notamment à sa présence récente dans les villes gagnées en 2014. De quoi s'inquiéter de cette récente hémorragie de conseillers municipaux ?

"Cette graisse, nous en sommes débarrassés. Il ne reste plus que du muscle."Stéphane Ravier, maire FN du VIIe secteur de Marseille

Dans les Bouches-du-Rhône, 40% des conseillers frontistes ont démissionné. Marseille, qui faisait figure de trophée, depuis la prise de la mairie du VIIe secteur de la ville, n'est pas en reste.


Six membres de la majorité FN ont quitté l'équipe municipale, accusant le maire Stéphane Ravier d'avoir délaissé l'entretien des espaces publics et des équipements sportifs. Tout en dénonçant l'autoritarisme de M. Ravier, qui répond en se félicitant de s'être "débarrassé" de "cette graisse".


Et le maire frontiste d'ajouter : "Il ne reste plus que du muscle. Mieux vaut perdre un peu de poids pour avoir un corps politique encore plus performant."

En vidéo

Assistants FN au Parlement européen : le parquet de Paris ouvre une information judiciaire

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter