Des élus homophobes à Versailles ? Le PS coupable de fausses accusations

Politique

POLEMIQUE – Lundi, des élus socialistes de Versailles ont accusé deux conseillers divers droite d'avoir demandé au maire de contrôler "l'orientation sexuelle" des animateurs périscolaires. Il s'agit en réalité de fausses accusations.

Lundi dernier, quatre élus socialistes ont dénoncé dans une tribune les propos "homophobes" tenus lors du dernier conseil municipal par deux élus du groupe Versailles Famille Avenir (divers droite), Fabien Bouglé et Valérie d’Aubigny. Lors d'un débat sur les rythmes scolaires et les animateurs chargés d'organiser les ateliers périscolaires, ces deux conseillers anti-mariage pour tous avaient, selon le PS local, demandé "à l’équipe municipale si elle contrôle correctement non seulement les casiers judiciaires (c’est la loi) mais aussi 'l’orientation sexuelle' des animateurs qu’elle embauche". Contactée par metronews lundi , Isabelle This Saint Jean, conseillère municipale PS de Versailles, jurait de la véracité de ces accusations.

EN SAVOIR + >> "Orientation sexuelle" des éducateurs : polémique à la mairie de Versailles

"Si elle ne publie pas une lettre d'excuse, je l'attaque pour diffamation"

Problème : le conseil municipal a été enregistré et la bande-son contredit les affirmations des socialistes. La majorité municipale a ainsi fait réécouter l'extrait aux élus des deux camps mardi, rapporte France Info . Et les socialistes ont été obligés de reconnaître que Fabien Bouglé n'avait jamais demandé le "contrôle de l'orientation sexuelle des animateurs". La chef de file des élus PS, a assuré de son côté qu'elle était de bonne foi et qu'elle pensait qu'il avait vraiment tenu ses propos.

Toutefois, comme metronews l'écrivait lundi , ce conseiller a bien déploré un "lobby" gay à l'école. "J'ai demandé au maire ce qu'il comptait faire pour lutter contre l'infiltration du lobby LGBT au sein de l'école", répète ce mercredi Fabien Bouglé. Et de menacer : "Nous sommes dans un pays libre, j'ai encore le droit de poser cette question. Et si Isabelle This Saint Jean ne publie pas une lettre d'excuse, je l'attaque pour diffamation". Contactée, la conseillère et vice-présidente de la région Ile-de-France ne souhaite pas faire "plus de commentaires".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter