Deuil national pour Jacques Chirac : non ce n'est pas un jour férié, voici d'où vient la confusion

Politique

Toute L'info sur

La mort de Jacques Chirac

LA NATION SE FIGE - Lundi, la France connaîtra une journée de deuil national en hommage à Jacques Chirac, décédé jeudi dernier. Les drapeaux seront en berne et des minutes de silence auront lieu notamment dans les écoles. Mais pas de fermetures d'administration ou de services publics contrairement aux deuils nationaux pour Georges Pompidou ou Charles de Gaulle.

Lundi sera une journée de deuil national et un service solennel présidé par  Emmanuel Macron sera rendu à 12H00 en l'église Saint-Sulpice à Paris.  Les drapeaux des établissements publics seront mis en berne dans tout le pays et une minute de silence sera observée lundi à 15h00 dans les administrations  et les écoles.

D’autres initiatives ont également lieu dans le pays : des registres de condoléances ont été installés à l'Elysée, dont les portes  sont ouvertes au public depuis jeudi soir. De son côté la Fédération française de football a annoncé une minute de  recueillement avant tous les matches en France, ce week-end.     La mairie de Paris a diffusé dès jeudi plusieurs dizaines de photos de son  premier maire, élu de 1977 à 1995, sur un écran géant installé sur le parvis. A l'Assemblée nationale, le débat sur l'immigration, prévu lundi, a  également été reporté d'une semaine.

Lire aussi

Pour autant, cette journée de deuil national n’est en rien un jour férié. D’où vient cette confusion ? Sans doute des précédentes journées de deuil national pour les présidents de la République.  Le 12 novembre 1970, trois jours après la mort du Général de Gaulle, un deuil national est décrété. Ce jour là, les administrations publiques et  établissements d'enseignement sont fermés, la vie publique se fige. Même décision le 6 avril 1974, pour la journée de deuil national en hommage à Georges Pompidou décédé 4 jours plus tôt. Toutes les administrations, à  l'exception des services d'urgence, sont fermées, ainsi que les établissements  d'enseignement et salles de spectacle. 

Pour le deuil national en hommage à François Mitterrand en revanche, aucune fermeture d’école ou d’administration ne fut prévue. Seuls les drapeaux furent mis en berne et un "moment de  recueillement" observé dans les services publics.   

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter